Ecoutez Radio Sputnik
    L'Iran face à une crise régionale: vers qui se tournera-t-il?

    L'Iran face à une crise régionale: vers qui se tournera-t-il?

    © AP Photo / Ebrahim Noroozi
    International
    URL courte
    44185
    S'abonner

    Tandis que l'Iran pourrait faire face à une crise régionale et internationale grave, le pays renforcera vraisemblablement ses relations avec l'UE, la Russie et la Chine, ceci au détriment des États-Unis et d'un front anti-iranien, indique à Sputnik la politologue turque Gülriz Sen.

    Après que le Président iranien Hassan Rohani a été réélu pour un second mandat, la politologue turque spécialiste de l'Iran Gülriz Sen a fait part à Sputnik des axes possibles de la politique extérieure du pays, surtout vu la menace d'isolement brandie par Washington.

    Selon elle, le plus important pour l'Iran d'aujourd'hui « c'est la présence au pouvoir d'hommes politiques expérimentés et raisonnables puisqu'il est possible que, dans un futur proche, l'Iran soit enlisé dans une crise régionale et internationale sérieuse ».

    En cela, les propos récents de Donald Trump sur l'isolement de l'Iran, des allusions sur la nécessité d'un changement de pouvoir, « ne sont que des déclarations démodées et non pertinentes », a estimé Mme Sen.

    À l'époque, l'Iran était sorti de l'isolement dans la région en se transformant en un État plus militarisé, avec une doctrine de sécurité nationale, a-t-elle rappelé.

    Une situation qui a alimenté le nationalisme dans ce pays dont les habitants se sont unis dans leur soutien au pouvoir iranien. Ainsi, le fait que des personnalités comme Hassan Rohani et le ministre des Affaires étrangères Mohammad Zarif sont au pouvoir est positif :

    « Quelle que soit la profondeur de la crise dans les rapports Iran-USA, ces hommes politiques sont en mesure de maintenir librement un dialogue avec l'Union européenne », a souligné la politologue.

    Dans ce contexte, il est possible que l'Iran continue à développer ses relations avec l'UE, la Russie et la Chine au détriment des États-Unis et d'un front anti-iranien formé il y longtemps dans la région. De même, ses liens avec le Hezbollah sont susceptibles d'être approfondis, a-t-elle ajouté.

    Entre-temps, les rapports Iran-Turquie ne tarderont pas à se détériorer si la Turquie rejoint le front anti-iranien comprenant les États-Unis, l'Arabie saoudite et Israël, ce qui peut également mener à l'isolement de l'Iran dans la région.

    Le Président Hassan Rohani a été réélu avec 57 % des voix pour un nouveau mandat de cinq ans, vendredi 19 mai, au cours de l'élection présidentielle qui l'opposait à son principal rival Ebrahim Raïssi (38 %).

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le Président iranien Hassan Rohani réélu avec 57% des voix
    Rohani à Moscou scelle l’alliance russo-iranienne
    Journée de l’air pur: le président Rohani teste une voiture électrique Made in Iran
    Poutine et Rohani évoquent le processus de paix en Syrie
    Tags:
    relations, coopération, politique étrangère, élection présidentielle, Hassan Rohani, Turquie, Chine, Russie, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik