Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    En Europe, Trump n’est plus le même qu’aux États-Unis

    © REUTERS / Jonathan Ernst
    International
    URL courte
    281047
    S'abonner

    Réunis jeudi dernier en sommet à Bruxelles, les dirigeants des pays de l’Otan ont pour la première fois rencontré le nouveau Président américain Donald Trump, qui a d’ailleurs mentionné la Russie parmi les menaces qui planaient sur l’Alliance. Le politologue polonais Jan Hartman Sputnik en a parlé à Sputnik.

    Le fait que la « Russie » est mentionnée dans un contexte négatif par un Président considéré comme un ami de Vladimir Poutine apaise quelque peu les alliés, l'Otan plaçant elle-même la Russie parmi ses principales menaces, mais à présent, personne ne prend au sérieux Donald Trump, en pressentant sa destitution qui pourrait être imminente, a déclaré à Sputnik Jan Hartman, professeur de l'Université Jagellonne.

    « Personne n'attache de grande signification aux propos isolés de Trump et ce, d'autant plus que son opinion peut faire volte-face du jour au lendemain. Quant à ses problèmes, notamment ses liens avec la Russie lors de la campagne électorale, un éventuel soutien à sa campagne et la divulgation d'informations confidentielles, il est évident que Trump va désormais se distancier de la Russie dans la presse, mais ce n'est que de la tactique », a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    Donald Trump
    © AFP 2019 SAUL LOEB

    Et d'ajouter que cela ne reflétait pas l'état réel des relations actuelles entre Washington et Moscou.

    « Ce sont les événements qui se déroulent aujourd'hui en Syrie qui auront figure de test pour ces relations. […] Quant à la Russie, l'Occident s'attend à ce que ces relations se stabilisent d'une façon ou d'une autre, que la tension baisse. Je pense que Poutine le souhaite lui aussi. Je répète : c'est la Syrie qui joue actuellement le rôle de champ d'essai », a indiqué le politologue.

    Selon l'expert, la situation est difficile, mais elle n'est pas sans issue.

    « Ni Trump, ni Poutine ne sont évidemment des leaders rêvés par l'Occident, mais l'espoir demeure que le bon sens et la responsabilité pour l'ordre mondial finiront par triompher », a-t-il conclu.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Un conseiller de Trump commente la création d’un canal secret avec le Kremlin
    Le comité sénatorial du renseignement US exige tous les documents de la campagne de Trump
    Trump exige que les alliés renflouent les coffres de l’Otan
    Tags:
    politologie, relations, destitution, sommet, président, Université Jagellonne de Cracovie, OTAN, Sputnik, Jan Hartman, Vladimir Poutine, Donald Trump, Occident, Syrie, Moscou, Europe, Russie, Washington, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik