Ecoutez Radio Sputnik
    Le bâtiment de la Rada suprême d'Ukraine

    L’Ukraine veut légaliser ses «prisons secrètes»

    © Sputnik . Sergei Starostenko
    International
    URL courte
    6317
    S'abonner

    Le gouvernement ukrainien a présenté à la Rada (Parlement ukrainien) un projet de loi visant à légaliser les centres de détention provisoire du Service de sécurité d’Ukraine (services secrets de l’État ukrainien, le SBU), qualifiés de prisons clandestines par les défenseurs des droits de l’homme.

    Selon le projet de loi publié sur le site de la Rada, le gouvernement ukrainien a proposé de légaliser les prisons du SBU.

    « Les modifications suggérées dans le projet de loi permettront d'établir une base juridique pour le fonctionnement des centres de détention existants du Service de sécurité d'Ukraine », indique le communiqué du gouvernement.

    L'année dernière, les ONG Human Rights Watch (HRW) et Amnesty International (AI) ont affirmé que le Service de sécurité d'Ukraine disposait de centres de détention cachés, dont l'un se trouvait à Kharkov.

    D'après les informations fournies par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH), les autorités ukrainiennes autorisaient à emprisonner en secret certains citoyens pour de longues périodes. Comme l'indiquent d'anciens détenus, en Ukraine, la détention provisoire peut durer jusqu'à neuf ans.

    Selon les ex-détenus, le SBU recourt à des actes de torture comme l'électrocution au niveau des parties génitales, les doigts cassés, ainsi que la non-assistance médicale aux malades.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Torturés en Ukraine : ils témoignent, l’Onu enquête
    L'Onu accuse Kiev de recourir systématiquement à la torture
    Onu: 70% des cas de violations des droits de l’homme en Ukraine imputés à la police
    Tags:
    prison, tortures, Human Rights Watch (HRW), Service de sécurité d'Ukraine (SBU), Amnesty International, Kiev, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik