International
URL courte
553
S'abonner

Les Etats-Unis peuvent désormais placer sous surveillance des journalistes soupçonnés d’en «savoir trop». Ainsi, le Département américain de la Justice a obtenu un mandat pour réaliser la surveillance électronique de journalistes dans le cadre de l’enquête sur les fuites d’informations sensibles de la Maison-Blanche.

La Cour de Surveillance du Renseignement Étranger des États-Unis, ou FISC Court, a autorisé le Département américain de la Justice à placer sous surveillance électronique un groupe de journalistes dans le cadre de l'enquête sur les fuites dans la presse de données secrètes de la Maison-Blanche, relate le journal américain New York Post se référant à une source proche du dossier.

Les journalistes en question auraient reçu des informations confidentielles de la part d'un officier de haut rang à la retraite qui avait auparavant occupé un poste important dans le service de renseignement, d'après le média.

Celui-ci aurait été informé par des « rescapés de l'administration Obama» encore en place à la Maison-Blanche.

Comme le précise la source du journal, il s'agit de trois employés de la Maison-Blanche qui ont été déjà licenciés ou le seront bientôt.

Plus tôt, le Président américain Donald Trump a annoncé son intention de créer une équipe spéciale chargée de lutter contre les fuites de la Maison Blanche.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

CNN licenciera la comédienne qui a posé avec une fausse tête décapitée de Trump
Sondage: les Américains de plus en plus favorables à la destitution de Trump
Les enfants de Trump choqués: une comédienne pose avec la «tête» décapitée de leur père
Tags:
fuites, médias, journalistes, espionnage, Washington, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook