International
URL courte
9740
S'abonner

«Le pire est passé», voilà le message principal du chef d’État syrien Bachar el-Assad, qui a constaté que la situation en Syrie avançait dans la bonne direction, mais a en même temps mis en garde contre la propagande terroriste et l’influence négative venue de l’extérieur.

Le Président syrien Bachar el-Assad a déclaré que la situation dans le pays s'était nettement améliorée depuis que les terroristes de Daech et du Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra) étaient en net recul.

« La situation en Syrie s'est sensiblement améliorée, il faut le reconnaître, en raison du fait que les groupes terroristes, principalement Daech et al-Nosra, reculent, parce que le territoire qu'ils contrôlent se rétrécit. Ainsi, les conditions sur le terrain, du point de vue militaire, sont aujourd'hui bien meilleures qu'auparavant », a expliqué le numéro un syrien dans une interview à la chaîne de télévision WION.

Le Président syrien a souligné que la situation actuelle en Syrie était liée non seulement à des opérations militaires, mais aussi à d'autres facteurs, y compris l'idéologie propagée par les terroristes, ainsi que le soutien aux groupes terroristes provenant d'autres pays.

Il entend par là la Turquie, le Qatar, l'Arabie Saoudite, ainsi que plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis, la France et le Royaume-Uni. Un tel soutien, d'après le Président, prouve l'avènement d'une « nouvelle ère » dans laquelle il est possible d'utiliser le terrorisme à des fins politiques.

Mais Bachar el-Assad reste optimiste, constatant que « le pire est passé ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

En Syrie, la Russie ne défend pas tant Assad que l'intégrité du pays
Poutine: il n'existe pas de preuves d'utilisation d'armes chimiques par Assad
Les tentatives US de justifier la frappe contre les pro-Assad «inacceptables»
«Les Européens ne sont frappés ni par Assad, ni par le Kremlin»
Tags:
Syrie, Bachar el-Assad, Etat islamique, Front al-Nosra, terrorisme, crise syrienne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook