Ecoutez Radio Sputnik
    Qatar

    Séisme diplomatique: huit pays rompent leurs relations avec le Qatar

    © AP Photo / Kamran Jebreili
    International
    URL courte
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)
    17812114
    S'abonner

    Arabie saoudite, Bahreïn, Égypte, Émirats arabes unis, Libye, Yémen, Maldives et île Maurice: huit pays ont annoncé lundi la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusant Doha de déstabiliser la région et de soutenir le «terrorisme».

    15 jours après la visite à Ryad de Donald Trump, qui avait demandé aux pays musulmans d'agir de manière décisive contre l'extrémisme religieux, trois pays du Golfe, l'Égypte, la Libye, le Yémen, ainsi que les Maldives et l'île Maurice, ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusé de soutenir des « groupes terroristes », dont Al-Qaïda, Daech et les Frères musulmans.

    Selon l'agence officielle saoudienne SPA, citée par l'AFP, Ryad rompt ses relations diplomatiques et ferme ses frontières avec le Qatar afin de « protéger sa sécurité nationale des dangers du terrorisme et de l'extrémisme ».

    « L'Arabie saoudite a pris cette mesure décisive en raison des sérieux abus des autorités de Doha tout au long de ces dernières années (…) pour inciter à la désobéissance et nuire à sa souveraineté », a déclaré un responsable saoudien, ajoutant que « Le Qatar accueille divers groupes terroristes qui déstabilisent la région, comme la confrérie des Frères musulmans, Daech et Al-Qaïda ».

    Également via son agence officielle, Bahreïn a justifié sa décision en accusant Doha d'« ébranler la sécurité et la stabilité et de s'ingérer dans ses affaires » intérieures. L'Égypte a également annoncé la rupture de ses relations diplomatiques avec le Qatar, qu'elle accuse de soutenir « le terrorisme ».

    Dans de brefs communiqués diffusés par leurs agences de presse officielles, l'Arabie saoudite et Bahreïn ajoutent couper toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec l'émirat. Ainsi, les compagnies aériennes Etihad des Emirats arabes unis et Egypt Air ont annoncé lundi la suspension de tous ses vols vers et en provenance du Qatar.

    Quelques heures plus tard, la Libye et le Yémen se sont aussi associés à la décision de l'Arabie saoudite, de l'Égypte, de Bahreïn et des Émirats arabes unis de rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar.

    « Les agissements du Qatar à l'égard des milices putschistes (houthies, ndlr) et son soutien à des groupes terroristes deviennent clairs », a déclaré le gouvernement yéménite dans un communiqué, cité par Reuters.

    Le Qatar a aussi été exclu de la coalition militaire arabe opérant au Yémen sous commandement saoudien.

    Doha, pour sa part, a accusé lundi ses voisins du Golfe de chercher à le mettre sous tutelle et dénoncé comme « injustifiée » la rupture des relations diplomatiques.

    Exprimant « son profond regret et sa surprise », le ministère qatari des Affaires étrangères a dénoncé « une campagne hostile, fondée sur des mensonges (…) témoignant d'une préméditation à nuire à l'État » du Qatar.

    La compagnie aérienne Qatar Airways a aussi annoncé la suspension de ses vols vers l'Arabie saoudite.

    Ces développements sont un sérieux revers pour le Qatar qui, indépendamment de son rôle régional, se targue d'organiser la Coupe du Monde de football en 2022.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)

    Lire aussi:

    Ambassadeur qatari: Moscou joue un rôle crucial dans le règlement de la crise syrienne
    Qui cherche à empêcher un rapprochement entre l'Iran et le Qatar
    Tags:
    relations diplomatiques, terrorisme, Qatar, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Libye, Arabie Saoudite, Egypte, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik