Ecoutez Radio Sputnik
    Le quartier diplomatique de Doha

    «Si le Qatar ne modifie pas sa politique, Washington prendra des mesures plus dures»

    © REUTERS / Fadi Al-Assaad
    International
    URL courte
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)
    48851

    Washington ne se presse pas pour citer le Qatar parmi les pays soutenant le terrorisme parce qu’il en a besoin pour y déployer sa base militaire, d’une part, et d'autre part pour «entretenir des liens secrets avec les terroristes», estime un expert US. Toutefois, Doha doit s’attendre à une réaction dure des États-Unis s’il ne change rien.

    La politique du Qatar, qui « va à l'encontre des efforts antiterroristes internationaux », risque de provoquer l'ire des États-Unis, a déclaré lundi à Sputnik l'analyste politique américain Atef Abdel Jawad, professeur à l'Université George Washington.

    « La politique américaine a deux aspects. Premièrement, les États-Unis disent toujours qu'ils […] ne s'ingèrent pas dans les relations bilatérales. La situation autour du Qatar est une question intérieure concernant Bahreïn, l'Arabie saoudite, l'Égypte et les Émirats arabes unis. Deuxièmement, les États-Unis sont mécontents du fait que le Qatar communique avec les organisations terroristes et les finance […]. Les Américains expriment leur mécontentement face à la politique du Qatar. Si Doha ne change pas de politique, les États-Unis prendront des mesures plus dures à son égard », a déclaré l'expert en réaction aux appels qui se font déjà entendre dans le pays, a indiqué l'expert.

    M. Jawad a noté que la télévision publique qatarie diffusait des émissions dans lesquelles des personnes appellent « à tuer des chrétiens » et que certains résidents du Qatar avaient versé des fonds à Al-Qaïda.

    Les hommes politiques américains qui exhortent à classer le Qatar parmi les pays soutenant le terrorisme rappellent en outre que ce pays n'a pas rejoint l'accord de 2014 interdisant la propagande de la haine. En 2015, John Kerry, alors secrétaire d'État américain, a dénoncé le financement par Doha d'organisations terroristes.
    Mais pour M. Jawad, la position américaine concernant le Qatar est assez ambigüe, ce qu'il explique par plusieurs facteurs.

    Le Qatar abrite la base aérienne américaine d'Al Udeid, considérée comme la plus importante base militaire des États-Unis à l'étranger.

    Deuxièmement, « le Qatar sert à entretenir des liens secrets avec les groupes terroristes. Les États-Unis, l'Europe occidentale et les grandes puissances mondiales affirment qu'ils ne mènent pas d'entretiens avec les terroristes et qu'ils n'ont aucun contact avec eux. Le Qatar joue ce rôle. Troisièmement, le Qatar aide à libérer les otages européens enlevés par les terroristes  », a conclu M. Jawad.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)

    Lire aussi:

    Qatar: pas de sortie de crise sans l’aide de Washington ou de Moscou
    Rupture avec le Qatar: «Une victoire diplomatique de l’Égypte»
    Crise arabe: le Qatar contraint de normaliser au plus vite ses relations avec ses voisins
    Crise arabe: les pays du Golfe remontés contre le Qatar
    Tags:
    crise, relations diplomatiques, lutte antiterroriste, politique, Atef Abdel Jawad, Qatar, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik