Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Riyad et Abou Dabi cherchent à «punir le Qatar, le faire rentrer dans le rang»

    © REUTERS/ Faisal Al Nasser
    International
    URL courte
    51800135

    Derrière le scandale diplomatique qui entoure le Qatar depuis lundi, Christian Chesnot, journaliste à France Inter et spécialiste du Moyen-Orient, interviewé par Sputnik, voit l'intention des Émirats arabes unis et de l'Arabie saoudite de punir le Qatar.

    Dix pays, dont l'Arabie saoudite, Bahreïn et l'Égypte, ont coupé depuis lundi leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Fermeture des frontières terrestres, aériennes et maritimes. Derrière cette décision dont les conséquences pourraient rapidement être lourdes pour l'émirat gazier vu leur caractère excessif, se cacherait l'intention de Riyad et d'Abou Dabi de remettre le Qatar à sa place, prévient Christian Chesnot, journaliste à France Inter, spécialiste du Moyen-Orient et co-auteur du livre Nos très chers émirs.

    « L'idée pour les Émirats [arabes unis, ndlr] et l'Arabie [saoudite, ndlr] c'est vraiment de punir le Qatar, de le faire rentrer dans le rang », juge-t-il dans un commentaire à Sputnik.

    Et de rappeler que « l'Arabie saoudite et les Émirats ont une double obsession : l'obsession de l'Iran et l'obsession des Frères musulmans, et c'est vrai que depuis les Printemps arabes, le Qatar est sur le devant de la scène, et irrite ses cousins du Golfe », argumente l'expert.

    Et si certains, en cherchant à expliquer la situation qui s'est créée autour du Qatar, mettent en avant la visite de Donald Trump en Arabie saoudite, les 20 et 21 mai, pour Christian Chesnot, cette visite ne fait pas tout. Selon lui, l'élection de Trump a donné « un petit peu des ailes à l'Arabie saoudite et aux Émirats », qui étaient fâchés sous l'ère Obama qu'ils ne jugeaient pas fiable pour défendre leurs intérêts sur l'Iran, la Syrie et une série d'autres dossiers.

    « Avec Trump, il y a une nouvelle séquence diplomatique qui est en train de se mettre en place et donc l'Arabie saoudite essaie de tirer parti de cette nouvelle donne, les Égyptiens aussi », a-t-il conclu.

    Le scandale diplomatique autour du Qatar a éclaté lundi dernier. Quatre pays — Bahreïn, l'Arabie Saoudite, l'Égypte et les Émirats arabes unis — ont annoncé le 5 juin rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar, expulser des diplomates et d'autres personnalités et suspendre des vols à destination de l'émirat gazier. Les quatre pays reprochent à Doha de « déstabiliser la situation en matière de sécurité » et de « soutenir le terrorisme », y compris les groupes terroristes Al-Qaïda et Daech au Yémen. Le chef de la diplomatie qatarie a déclaré que son pays ne prendrait pas de mesures en réaction à ce boycott. Dans les jours qui ont suivi, plusieurs autres pays ont suivi l'exemple, dont les Maldives, Maurice et la Mauritanie. Le nombre de pays ayant rompu leurs liens diplomatiques avec ce pays du Golfe s'élevant désormais à 10.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La Jordanie abaisse le niveau de sa représentation diplomatique avec le Qatar
    La Mauritanie rompt les relations diplomatiques avec le Qatar
    L’isolement du Qatar pourrait remettre en cause le Mondial 2022

    Lire aussi:

    Politologue saoudien: «le Qatar poursuit la politique de Kadhafi»
    Soutenir le Qatar en Arabie saoudite coûtera cinq ans de prison et 710.000 EUR d'amende
    Le parlement turc autorise le déploiement de troupes sur une base au Qatar
    Les ÉAU invitent le Qatar à créer une «feuille de route» pour sortir de la crise
    Crise arabe: les pays du Golfe remontés contre le Qatar
    Tags:
    sanctions, Donald Trump, Qatar, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik