Ecoutez Radio Sputnik
    Le chef de l’UKIP annonce sa démission suite à sa défaite aux législatives

    Le chef de l’UKIP annonce sa démission suite à sa défaite aux législatives

    © REUTERS / Toby Melville
    International
    URL courte
    Législatives anticipées au Royaume-uni (2017) (26)
    430
    S'abonner

    Le leader du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) Paul Nuttall a annoncé sa démission sur fond de défaite totale aux élections législatives.

    Paul Nuttall, chef du parti eurosceptique UKIP, a démissionné de son poste suite à la publication des résultats des législatives britanniques à l'issue desquelles son parti a perdu son unique siège au Parlement.

    D'après Paul Nuttall, il est évident que l'Ukip a besoin d'une « nouvelle approche et de nouvelles idées ». Il a également ajouté qu'un nouveau leader du parti serait élu en septembre.

    L'Ukip, un parti anti-européen et anti-immigration, bénéficiait d'un fort taux de soutien lors de l'élection générale en 2015. Sous la direction de son ancien leader Nigel Farage, le parti a considérablement contribué à la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

    D'après les derniers résultats, sur un total de 650 sièges, le Parti conservateur en obtient 312, le Parti travailliste — 259, les Libéraux-démocrates — 12, le Parti national écossais (SNP) — 34, les Verts — 1. Les conservateurs perdent donc la majorité absolue de 326 sièges sur 650 qui leur aurait permis de former un gouvernement sans négocier avec d'autres partis.

    Dossier:
    Législatives anticipées au Royaume-uni (2017) (26)

    Lire aussi:

    UKIP veut un contrôle médical pour les jeunes filles exposées à l’excision
    UKIP veut interdire le voile islamique au Royaume-Uni
    Grande-Bretagne: Theresa May promet «une période de stabilité»
    Tous contre May: une nouvelle tendance lors des législatives britanniques selon un sondage
    Tags:
    défaite, partis politiques, leader, élections législatives, démission, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik