Ecoutez Radio Sputnik
    Qatar

    «La guerre contre le Qatar, c'est la guerre contre la Turquie»

    © AFP 2017 STRINGER
    International
    URL courte
    61766

    La crise diplomatique qui oppose le Qatar à ses voisins s'inscrit dans le cadre d'un vaste conflit d'intérêts dans la région, estime l'homme politique libanais Ili al Farzali contacté par Sputnik.

    Pour l'ex-vice-Président du parlement libanais Ili al Farzali, la crise actuelle entourant le Qatar n'est qu'une partie de la guerre pour l'influence dans le monde arabe sunnite.

    « Je crois que la guerre contre le Qatar est en même temps la guerre contre la Turquie dans le monde sunnite. Supposons que le Qatar est en réalité le premier sponsor du terrorisme et des Frères musulmans, qui est le parti sunnite le plus important dans le monde arabe. Si le Qatar cesse de le soutenir, cela porterait également un coup à la Turquie, dont l'influence dans le monde arabe augmentait jusqu'à présent », explique l'interlocuteur de l'agence.

    Si le Qatar perd son influence dans la région, cela entraînera également le recul de la Turquie de ses positions au Proche-Orient, poursuit M. Farzali.

    Plus tôt dans la semaine, l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, l'Égypte, le Yémen, la Mauritanie et les Maldives ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de soutenir le terrorisme.

    Vendredi 9 juin, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a signé la loi permettant le déploiement de troupes sur une base militaire turque au Qatar, adoptée auparavant par le parlement.

    Lire aussi:

    La Jordanie abaisse le niveau de sa représentation diplomatique avec le Qatar
    Les Comores rompent leurs relations diplomatiques avec le Qatar
    Politologue saoudien: «le Qatar poursuit la politique de Kadhafi»
    Le parlement turc autorise le déploiement de troupes sur une base au Qatar
    Tags:
    relations, sunnites, terrorisme, Frères musulmans, Ili al Farzali, Qatar, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik