Ecoutez Radio Sputnik
    Doha, Qatar

    Le Qatar qualifie le blocus de l’émirat de violation du droit international

    CC BY 2.0 / Juanedc / Doha, Qatar
    International
    URL courte
    783

    Le ministre qatari des Affaires étrangères a qualifié vendredi le blocus de son pays par les pays arabes de violation du droit international et a déclaré qu'ils tentaient de mobiliser l’opinion internationale contre le Qatar.

    Le blocus du Qatar par des pays arabes est une violation du droit international, a déclaré vendredi 9 juin le ministre qatari des Affaires étrangères Mohammed bin Abdulrahman Al Thani après des pourparlers avec son homologue allemand.

    « Ces procédures, qui ont été prises, comprennent des violations flagrantes du droit international et du droit international humanitaire. Elles n'auront que des impacts négatifs sur la région », a déclaré le chef de la diplomatie qatarie lors d'une conférence de presse au cours de sa visite en Allemagne.

    Le scandale diplomatique autour du Qatar a éclaté lundi dernier. Quatre pays — Bahreïn, l'Arabie saoudite, l'Égypte et les Émirats arabes unis — ont le 5 juin rompu les relations diplomatiques avec le Qatar, expulsé des diplomates et d'autres personnalités et suspendu des vols à destination du Qatar. Les quatre pays reprochent à Doha de « déstabiliser la situation en matière de sécurité » et de « soutenir le terrorisme », y compris les groupes terroristes Al-Qaïda et Daech au Yémen.

    Les autorités de la partie orientale de la Libye, le Yémen, les Maldives, la Mauritanie et Maurice leur ont emboîté le pas en annonçant qu'ils rompaient les relations avec le Qatar. Le chef de la diplomatie qatarie a déclaré que son pays ne prendrait pas de mesures en réaction à ce boycott.

    Lire aussi:

    «La guerre contre le Qatar, c'est la guerre contre la Turquie»
    Erdogan autorise l'envoi de troupes turques au Qatar
    Riyad et Abou Dabi cherchent à «punir le Qatar, le faire rentrer dans le rang»
    Soutenir le Qatar en Arabie saoudite coûtera cinq ans de prison et 710.000 EUR d'amende
    Tags:
    Conseil de coopération du Golfe (CCG), Mohammed bin Abdul Rahman al Thani, blocus, diplomatie, Golfe persique, Qatar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik