International
URL courte
11031
S'abonner

La tempête politico-judiciaire qui a frappé le Président brésilien Michel Temer a connu une accalmie après que la majorité des juges du Tribunal supérieur électoral ont voté en faveur de son maintien au pouvoir, en dépit des accusations d'irrégularités dans le financement de la campagne électorale de 2014.

Après la destitution fracassante de Dilma Rousseff, le Président brésilien Michel Temer, éclaboussé par un scandale de corruption, était lui aussi menacé de destitution depuis mai. Toutefois, il a réussi à sauver son mandat grâce à la décision du Tribunal supérieur électoral.

Les juges ont décidé à une étroite majorité de ne pas invalider le mandat du président Michel Temer (quatre voix contre trois). L'audience a été diffusée en direct à la télévision.

« Le Président de la République considère la décision du tribunal comme une preuve que les institutions nationales continuent à assurer le bon fonctionnement de la démocratie brésilienne. Un large débat a eu lieu, et la Justice a remporté une victoire complète et absolue. Le tribunal a agi de manière indépendante pour apporter le verdict final », a déclaré le porte-parole du Préludent brésilien lors d'un point de presse.

Si le tribunal avait reconnu l'existence d'irrégularités dans les comptes de la campagne de 2014, les résultats de l'élection auraient pu être invalidés et le Président actuel destitué.

Mi-mai, la Cour suprême du Brésil a autorisé une enquête sur le Président du pays, Michel Temer, accusé de corruption, apprend-t-on sur le portail Globo. La demande d'enquête a été faite après que Joesley Batista, un des chefs du géant de la viande JBS, eut annoncé au Parquet général du pays avoir enregistré le Président proposant un pot-de-vin pour son silence à l'ancien président de la Chambre des députés Eduardo Cunha, témoin clé dans l'affaire Petrobras. Le montant du pot-de-vin serait de 630 000 dollars. Ces informations, appuyées par des faits, ont été transmises à la Cour suprême.

Lire aussi:

«Lavage express» au Brésil: feu vert à une enquête sur le Président Tamer pour corruption
Manifestations au Brésil: les témoins de la violence policière racontent
Brésil: le Président menacé d’impeachment
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Tags:
motion de censure, destitution, Michel Temer, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook