International
URL courte
14628
S'abonner

La ministre allemande de la Défense s’est prononcée en faveur de la création d’une alliance militaire avec la France, prônant une coopération militaire plus renforcée avec Paris. «Nous devons prendre notre sécurité en main», a souligné la ministre.

La création d'une alliance militaire entre Paris et Berlin serait prochainement envisagée, selon la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen.

« Nous pourrions financer conjointement les drones européens, puisant des ressources dans le fonds de Défense. Puis, nous pourrions améliorer la communication aérienne entre la France et l'Allemagne, y conviant dans le même temps d'autres pays. Ensuite, un autre projet pourrait viser à la formation européenne des officiers », a-t-elle ainsi expliqué lors d'une interview au quotidien allemand Handelsblatt.

« Le référendum sur le Brexit et les élections américaines nous ont ouvert les yeux. Nous, les Européens, nous devons prendre notre sécurité en main », a-t-elle insisté.

Auparavant, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le Président français, Emmanuel Macron, avaient demandé à leurs ministres de la Défense et des Finances d'élaborer une initiative portant sur la création d'un fonds de Défense avant le 13 juillet, date où les ministres des deux pays devraient se rencontrer.

Par ailleurs, au terme du sommet du G7 qui s'est déroulé à Taormina, en Sicile, la chancelière a déclaré que face aux derniers changements dans la politique internationale, l'Europe ne pouvait désormais plus s'en remettre aux autres et devait prendre « son destin en main ».

 

Lire aussi:

Trump fait pression sur les pays de l’Otan pour renforcer ses positions intérieures
"Le Monténégro sera le premier à quitter l'Otan"
Poutine: l’Otan cherche un ennemi pour justifier son existence
«La Turquie et la Russie s’unissent pour empêcher l’Otan de morceler la Syrie»
Tags:
armée, création, alliance militaire, Ursula von der Leyen, Angela Merkel, Allemagne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook