International
URL courte
12250
S'abonner

Le chef de la diplomatie polonaise a rappelé aux dirigeants de l'UE qu'ils n'étaient pas en droit de décréter des sanctions à l'encontre des pays réticents à accueillir les réfugiés.

La Commission européenne n'est pas habilitée à punir les pays membres de l'UE qui refusent d'accueillir les réfugiés sur leur territoire, a déclaré le ministre polonais des Affaires intérieures Mariusz Błaszczak.

« Nous constatons que la Commission européenne nous menace, mais nous restons solidaires […]. Nous croyons que les déclarations sur les sanctions à l'encontre des pays de Visegrad sont infondées. Nous estimons que la politique sécuritaire relève de la politique nationale », a indiqué M. Błaszczak au terme d'une réunion à Varsovie des chefs des diplomaties du Groupe de Visegrád qui comprend la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie.

Varsovie avait précédemment refusé d'accueillir les réfugiés sur son territoire dans le cadre du programme de relocalisation de l'UE, tout en se déclarant prête à apporter une assistance aux migrants ayant exprimé le souhait de s'installer en Pologne.

Dans le même temps, le Premier ministre hongrois Victor Orban a accusé lundi les dirigeants de l'Union européenne d'« avoir pris la partie des terroristes », faisant référence au système de quotas de migrants fixé par Bruxelles.

« Notre pays adopte la véritable position pro-européenne », a déclaré M. Orban. « Nous voulons que la Hongrie soit hongroise, et que l'Europe soit européenne ».

Lire aussi:

Une politique migratoire commune de l’UE? La Pologne refuse d’accueillir des réfugiés
La Pologne a déjà enregistré plus d'un million de réfugiés ukrainiens
La Pologne prétexte les attaques de Paris pour refuser les migrants
Tags:
crise migratoire, accueil, diplomatie, réfugiés, Commission européenne, Viktor Orban, Mariusz Błaszczak, Hongrie, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik