Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine et Song Young-gil

    Créer des conditions qui poussent la Corée du Nord à renoncer à l’arme nucléaire

    © Sputnik . Alexei Nikolskiy
    International
    URL courte
    8232
    S'abonner

    La politique de Pyongyang consistant à développer parallèlement son économie et son potentiel nucléaire n’a rien d’étonnant en soi, tous les États plaçant la sécurité nationale et le développement économique en tête de leurs priorités, a indiqué à Sputnik le parlementaire sud-coréen Song Young-gil.

    Le Président russe figure parmi ces rares personnes qui pourraient écouter et comprendre les Nord-Coréens tout en essayant de les convaincre, alors que les États-Unis font de l'arrêt des essais nucléaires et balistiques de Pyongyang un préalable au lancement d'un dialogue, a déclaré à Sputnik le député du Parti démocrate de Corée Song Young-gil, émissaire spécial du Président sud-coréen pour la Russie.

    « La Corée du Nord ne doit que déclarer son éventuel abandon de l'arme nucléaire, et cela ne doit pas forcement se faire suite à des intimidations. Mais quand vous avancez comme préalable ce qui doit être le résultat des négociations, cela signifie que vous ne voulez tout simplement pas négocier », a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler que, selon la Russie et la Chine, les tirs de missiles nord-coréens pourraient être suspendus en échange d'un arrêt des manœuvres américano-sud-coréennes.

    « Sous la présidence de Roh Tae-woo [1988-1993, ndlr], de tels exercices conjoints avaient déjà été suspendus pour un an », a relevé M. Song.

    Selon ce dernier, le nouveau Président américain Donald Trump a sans doute plus de chances que son prédécesseur de régler le problème nucléaire de la péninsule de Corée.

    « Trump essaie au moins de faire quelque chose », a expliqué le parlementaire sud-coréen, ajoutant que le locataire de la Maison-Blanche s'était déclaré prêt à rencontrer le Président de la Corée du Nord.

    L'interlocuteur de Sputnik a souligné par ailleurs que les questions de sécurité en Asie du Sud-Est pourraient se résorber d'elles-mêmes si cette région était liée par toute une chaîne d'intérêts économiques.

    « C'est pourquoi la ligne du Président Moon Jae-in en vue de créer un espace économique intégré en Asie de Sud-Est revêt une importance primordiale. Et même si la participation de la Corée du Nord est pour le moment compliquée, nous devons commencer par la coopération économique russo-sud-coréenne avec notamment la reprise du projet logistique Rajin-Khassan », a suggéré le député.

    Et de conclure qu'à ces fins, le Président sud-coréen Moon Jae-in entendait, à l'exemple de son homologue russe Vladimir Poutine, qui a créé le ministre du Développement de l'Extrême-Orient, instituer le Conseil pour la promotion de la coopération économique avec le Nord.

    Lire aussi:

    Séoul réagira pleinement à toute provocation militaire de Pyongyang
    Séoul crée une ONG pour dialoguer avec Pyongyang
    Pékin appelle Washington, Séoul et Tokyo à «redémarrer» les relations avec Pyongyang
    Tags:
    exercices militaires, sécurité, programme balistique, tests nucléaires, négociations, ministère russe du Développement de l'Extrême-Orient, Sputnik, Parti démocrate de Corée, Barack Obama, Moon Jae-in, Roh Tae-woo, Song Young-gil, Donald Trump, Vladimir Poutine, Asie du Sud-Est, Chine, Russie, États-Unis, Pyongyang, Corée du Nord, Corée du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik