Ecoutez Radio Sputnik
    Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov

    L’utilisation d’une ligne de communication spéciale entre Poutine et Obama est un fake

    © Sputnik . Sergei Guneev
    International
    URL courte
    3100
    S'abonner

    La ligne de communication spéciale entre le Président russe et Barack Obama pour informer Moscou sur une attaque informatique présumée des hackers russes n’était qu’un fake, a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov aux journalistes.

    Selon M. Peskov, porte-parole du Kremlin, l'information selon laquelle Barack Obama aurait mis en place une ligne de communication pour contacter son homologue Vladimir Poutine en vue de protester contre les « cyberattaques » russes qui auraient frappé 39 États américains était un « fake ».

    « Je l'entends pour la première fois, cela ressemble beaucoup à une autre fausse nouvelle, je n'en sais rien », a indiqué Dmitri Peskov, réagissant à la question d'un des journalistes portant sur l'utilisation de cette ligne secrète à cause de l'attaque des hackers en question.

    Les hommes politiques occidentaux accusent régulièrement les hackers russes d'avoir perpétré des cyberattaques, bien qu'aucune preuve n'ait jamais été présentée à ce jour. Ils ne manquent cependant pas une occasion de dénoncer la prétendue ingérence russe dans les élections d'autres pays, notamment aux États-Unis et en France.

    Toutefois, selon le Président russe, aucun hacker ne peut influer sur le déroulement de quelque campagne électorale que ce soit. Vladimir Poutine a également souligné que la Russie n'avait jamais réalisé d'attaques informatiques au niveau étatique.

    Lire aussi:

    Un tiers des cyberattaques frappant la Russie viennent des USA
    Moscou: les USA ignorent le mécanisme informant la Russie sur les cyberattaques
    Les cyberattaques récentes ne pourraient être qu’un entrainement
    Parti pirate: la culture du secret, terreau idéal pour les cyberattaques
    Tags:
    communication, campagne électorale, cyberattaque, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Barack Obama, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik