International
URL courte
2291
S'abonner

Une pétition publiée sur le site du Président ukrainien Piotr Porochenko qui appelle à mettre un terme au blocage des réseaux sociaux russes sur le territoire ukrainien, notamment le site populaire Vkontakte, a recueilli le nombre de voix requis pour être examinée par l’administration présidentielle.

Une pétition exigeant de mettre fin au blocus des réseaux sociaux russes sur le territoire ukrainien, a déjà été signée par 25 000 personnes, un nombre suffisant pour que la pétition soit prise en compte par l'administration du Président Piotr Porochenko sous 10 jours.

« C'est une grande plateforme publicitaire [le site Vkontakte, ndlr] qui contribue à la réalisation de la production nationale, de la création, du contenu, etc. […]. Cette décision de l'administration du Président [de le bloquer, ndlr] entraînera une série de conséquences négatives », indique le texte de la pétition.

Mardi 16 mai, le Président ukrainien Piotr Porochenko a élargi la liste des personnes physiques et morales russes visées par les sanctions de Kiev. L'Ukraine a notamment imposé des restrictions à l'égard de plusieurs médias russes et des réseaux sociaux très populaires VKontakte et Odnoklassniki.

Le groupe Internet russe Yandex, dont le moteur de recherche est utilisé par 32,9 % des internautes ukrainiens, et le groupe de cybersécurité Kaspersky Lab figurent désormais eux aussi sur la liste noire ukrainienne.

Le secrétaire général du Conseil de l'Europe Thorbjorn Jagland s'est dit préoccupé des sanctions ukrainiennes visant les médias russes, alors que Moscou a accusé de Kiev de « se diriger à grands pas vers la construction d'un État autoritaire ».

Lire aussi:

L'Ukraine explique pourquoi elle a bloqué les réseaux sociaux russes
Raté: l'Ukraine sanctionne des banques russes qui n'existent plus
Les USA imposent de nouvelles sanctions contre la Syrie, qui est sur la liste?
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Tags:
réseaux sociaux, Vkontakte, Russie, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook