Ecoutez Radio Sputnik
    la Crimée

    Poutine: s’il n’y avait pas eu la Crimée, les USA auraient trouvé un autre prétexte

    © Sputnik . Sergey Malgavko
    International
    URL courte
    Ligne directe avec Vladimir Poutine (2017) (14)
    8262

    Lors de sa session questions-réponses avec les Russes, Vladimir Poutine a commenté les sanctions américaines et a dénoncé leur caractère dénué de fondement réel. Pour lui, elles participent simplement de la politique US qui vise à contenir la Russie.

    La politique menée par les États-Unis est destinée à contenir la Russie et à cette fin Washington utilise les sanctions, a affirmé Vladimir Poutine.

    Le chef d'État russe a estimé que si la Crimée n'avait pas été rattachée à la Russie, les législateurs américains « auraient inventé quelque chose d'autre pour contenir la Russie ». «Les hommes politiques les (les sanctions, ndlr) ont toujours présentées de cette façon: pour contenir la Russie», a indiqué le président russe.

    Selon le chef d'État russe, les nouvelles sanctions, y compris le projet d'élargissement voté hier par les sénateurs américains, ont été introduites sans aucun motif réel.

    Le Sénat américain a approuvé mercredi un projet de loi qui propose de durcir les sanctions visant la Russie dans le cadre d'un amendement de Mark Crapo concernant les sanctions contre l'Iran.

    Le texte propose de réduire la durée de financement des banques russes, qui sont déjà visées par les sanctions américaines, de 90 à 14 jours, et celle des compagnies pétrogazières russes à 30 jours. En outre, le document interdit au Président américain Donald Trump de lever les restrictions sans le feu vert du Sénat.

     

    Dossier:
    Ligne directe avec Vladimir Poutine (2017) (14)

    Lire aussi:

    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    L'emplacement secret d'armes nucléaires US en Europe dévoilé par hasard
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik