International
URL courte
1092
S'abonner

La Première ministre polonaise a été vivement critiquée pour sa rhétorique qualifiée d’«anti-migratoire» lors d’un discours au camp d’Auschwitz-Birkenau le 14 juin, y compris par Donald Tusk, président du Conseil européen.

Les déclarations de Beata Szydlo, Première ministre polonaise, ont suscité une vague de critiques. Intervenant mercredi 14 juin lors d'une cérémonie à l'occasion des commémorations du 77e anniversaire du premier transport de prisonniers polonais dans le camp de concentration et d'extermination nazi allemand d'Auschwitz-Birkenau, la chef du gouvernement polonais a déclaré:

« Dans notre époque troublée, Auschwitz est une grande leçon qui montre qu'il faut tout faire pour défendre la sécurité et la vie de ses citoyens. »

L'opposition y a vu une tentative d'approuver la politique anti-migratoire et d'« insuffler aux Polonais la peur des migrants ».

Le président du Conseil européen Donald Tusk a de son côté déclaré que de « telles paroles n'auraient jamais dû être prononcées à cet endroit par la Première ministre polonaise ».

​Le service de presse du gouvernement a plus tard expliqué que cette phrase avait été retirée de son contexte. « S'il faut, les critiques trouveront partout des choses à redire », a souligné Rafal Bochenek, porte-parole du gouvernement.

Néanmoins, selon la BBC, le parti Droit et Justice a ensuite supprimé le tweet avec la citation de Mme Szydlo.

Lire aussi:

À peine entré en vigueur, le régime sans visa UE-Ukraine mis à mal par la Pologne?
Les plus grandes manœuvres navales de l’Otan en mer Baltique débutent en Pologne
La Russie réagira de manière symétrique au renforcement de l’Otan en Pologne
Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Tags:
propos, critiques, migrants, Beata Szydlo, Jaroslaw Kaczynski, Donald Tusk, Oswiecim, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik