International
URL courte
6811
S'abonner

Riyad a rejeté l’idée de construire une base militaire turque, similaire à celle qu’Ankara occupe au Qatar, alors que la crise diplomatique dans le Golfe persique reste tendue.

L'Arabie saoudite ne donne pas son feu vert à la construction d'une base militaire turque dans le royaume, précisant qu'elle n'en a pas besoin, signale l'Agence de presse saoudienne (SPA). La Turquie a déjà entamé les travaux de construction d'une base similaire au Qatar.

Peu après le lancement de ces travaux, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a proposé à Riyad de construire une base militaire dans le royaume.

«Le royaume d'Arabie saoudite ne peut pas permettre à la Turquie d'établir des bases militaires sur son territoire», lit-on dans la déclaration diffusée par SPA.

Selon cette déclaration qui cite un responsable dont l'identité n'est pas précisée, l'Arabie saoudite «n'en a pas besoin, ses forces armées et ses capacités militaires sont au meilleur niveau».

L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu le 5 juin dernier les relations diplomatiques, ainsi que toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec le Qatar, l'accusant de soutenir les organisations terroristes et de déstabiliser la situation au Proche-Orient.

Le gouvernement libyen d'al-Beïda, qui contrôle l'est du pays, ainsi que les autorités du Yémen, des Maldives, de Mauritanie et des Comores ont aussi annoncé la rupture de leurs relations avec le Qatar. Djibouti et la Jordanie ont abaissé le niveau des relations diplomatiques avec le Qatar et le Sénégal, le Niger et le Tchad ont rappelé leurs ambassadeurs à Doha.

Lire aussi:

Un mur long de 700 km sépare désormais la Turquie et la Syrie
Crise du Golfe: «Ils ont frappé le Qatar tout en ciblant la Turquie»
Général iranien: Daech mène la guerre sous la direction de Washington et Riyad
Crise dans le Golfe: la Turquie dans une situation difficile
Tags:
base militaire, Recep Tayyip Erdogan, Qatar, Arabie Saoudite, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook