International
URL courte
101017
S'abonner

La Maison-Blanche envisage de travailler avec les républicains du Congrès pour amender la proposition de loi adoptée précédemment par le Sénat US sur le durcissement des sanctions contre la Russie, l'administration du Président ne veut pas perdre son droit de prendre la décision seule sur l’éventuelle levée des mesures restrictives.

L'administration du Président américain, Donald Trump, prévoit de travailler avec les législateurs du Parti républicain sur des éventuels amendements, qui prennent en compte la position de la Maison-Blanche, à la proposition de loi du Sénat qui impose des sanctions supplémentaires contre la Russie et qui limite la marge de manœuvre du Président Donald Trump pour adoucir le régime des sanctions antirusses.

Ces plans ont été annoncés par un haut responsable de l'administration présidentielle, cité par l'édition américaine Politico.

Le responsable de l'administration a souligné que la Maison-Blanche soutenait les sanctions antirusses et qu'aucune conséquence politique de tout veto n'avait encore été discutée. Cependant, la Maison-Blanche est sûre qu'elle a des alliés à la Chambre des représentants des États-Unis, qui doit maintenant considérer la proposition de loi du Sénat, qui ne veulent pas non plus voir limiter le contrôle du Président sur les sanctions.

Le Sénat américain a approuvé le 14 juin une proposition de loi qui propose de durcir les sanctions visant la Russie dans le cadre d'un amendement de Mark Crapo concernant les sanctions contre l'Iran.

Le texte propose de réduire la durée de financement des banques russes, qui sont déjà visées par les sanctions américaines, de 90 à 14 jours, et celle des sociétés pétrogazières russes à 30 jours. En outre, le document interdit au Président américain Donald Trump de lever les restrictions sans le feu vert du Sénat.

Moscou avait antérieurement prévenu que le projet des sénateurs américains de durcir les sanctions et d'entraver le fonctionnement des banques et des entreprises pétrogazières russes risquait de provoquer une crise des sanctions. Le porte-parole du Président russe Dmitri Peskov a également noté que ce n'était pas le chemin qu'entendait emprunter la Russie.

Lire aussi:

Le Sénat US vote le durcissement des sanctions contre Moscou
Bilan des sanctions: -50 Mds$ pour la Russie, -100Mds$ pour ceux qui les ont adoptées
L’Europe se voit menacée à l’annonce des sanctions US contre le secteur énergétique russe
Nouvelles sanctions US contre la Russie: Merkel préoccupée
Tags:
loi, sanctions, Chambre des représentants des Etats-Unis, Sénat des États-Unis, Congrès des États-Unis, Donald Trump, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik