Ecoutez Radio Sputnik
    Paolo Gentiloni

    Rome dénonce le revirement de Trump à l'égard de Cuba

    © East News. ASSOCIATED PRESS/FOTOLINK
    International
    URL courte
    7115

    Dans la foulée de la Russie, l'Italie a déploré la révision de la politique américaine à l'égard de Cuba annoncée par Donald Trump.

    Le Premier ministre italien Paolo Gentiloni a qualifié d'erronée la décision de l'administration Trump de revoir la politique d'ouverture envers Cuba engagée par son prédécesseur, Barack Obama.

    «J'étais au courant de l'initiative extraordinaire d'Obama concernant Cuba et j'estime que le retour en arrière par rapport à ces positions constitue une erreur, tout comme le choix de se retirer de l'Accord sur le climat», a déclaré le chef du gouvernement italien dans une interview accordée à La Repubblica.

    Dans le même temps, M.Gentiloni a souligné que les États-Unis restaient «un partenaire clé» de l'Italie, bien que cette dernière se réserve le droit de «se prononcer sur les décisions de l'administration américaine qu'elle ne soutient pas ».

    Vendredi 16 juin, Donald Trump avait annoncé une révision de la politique d'ouverture envers Cuba engagée par son prédécesseur, Barack Obama, et l'annulation avec effet immédiat de l'accord historique conclu entre Washington et La Havane fin 2014.

    Le dirigeant US a subordonné une nouvelle normalisation à la libération des «prisonniers politiques» à Cuba et à l'expulsion de personnes recherchées par la justice américaine. Pour Moscou, la décision de M.Trump d'annuler l'accord avec Cuba «marque un retour à la rhétorique de la guerre froide».

    Lire aussi:

    Trump annule la décision de l'administration Obama de normaliser les relations avec Cuba
    Moscou déplore le revirement de Washington face à Cuba
    Cuba: 16 diplomates américains victimes d'«attaques acoustiques»
    Tags:
    normalisation, relations, Accord de Paris sur le climat, Barack Obama, Paolo Gentiloni, États-Unis, Italie, Cuba
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik