Ecoutez Radio Sputnik
    Un camp de réfugiés syriens à Lattaquié (archives)

    65,6 millions de déplacés en 2016 suite à des conflits

    © REUTERS/ Vladimir Isachenkov
    International
    URL courte
    0 16215

    Le nombre de déplacés internes et de réfugiés suite à des conflits dans le monde a atteint 65,6 millions en 2016, a annoncé lundi le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

    Le nombre de déplacés internes et de réfugiés a atteint le nouveau record de 65,6 millions en 2016, déplore le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés cité par l'AFP.

    «Le chiffre global de 65,6 millions est en légère augmentation par rapport aux 65,3 millions» de 2015, a déclaré le Haut-Commissaire pour les réfugiés Filippo Grandi en présentant le rapport annuel de l'agence onusienne.

    Cela représente en moyenne une personne sur 113 qui vit déracinée dans le monde.

    L'Europe traverse la crise migratoire la plus grave depuis la Seconde guerre mondiale, provoquée en premier lieu par des conflits armés et des problèmes économiques dans certains pays du Proche-Orient et d'Afrique du Nord.

    Selon l'AFP, la première composante des déracinés dans le monde concerne le déplacement interne de personnes au sein de leur propre pays, dont le nombre a atteint 40,3 millions à la fin 2016, comparé à 40,8 millions un an plus tôt. La Syrie, l'Irak et la Colombie représentent les principaux foyers des déplacements internes.

    Le conflit en Syrie continue de générer le plus grand nombre de réfugiés (5,5 millions au total), avec près de 825.000 nouveaux enregistrements en 2016, selon le HCR.

    Lire aussi:

    Bilan des frappes US à Raqqa: nombre «colossal» de civils tués, 160.000 déplacés
    Libération de Mossoul-Ouest: 45.000 déplacés en neuf jours
    150.000 déplacés suite à l'opération de la coalition à Mossoul
    Tags:
    personnes déplacées, crise migratoire, réfugiés, Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik