International
URL courte
11272
S'abonner

La Première ministre de la Pologne condamne la politique «irresponsable» de l‘UE en matière de migrations, alors que la Pologne manque à ses engagements concernant l’accueil des réfugiés.

La vague d'attentats en Europe est une conséquence de la politique migratoire irresponsable de l‘UE, a déclaré la Première ministre de la Pologne Beata Szydlo à la télévision polonaise.

«Les personnes qui sont arrivées en Europe ou qui y vivent depuis des générations entières sont livrées à elles-mêmes, n'ont pas de vision quant à leur avenir», a-t-elle indiqué.

Pour une nouvelle fois, Mme Szydlo s'est prononcée contre la relocalisation des réfugiés. Selon elle, le gouvernement polonais estime qu'il faut aider ces personnes mais les aider là où elles vivent.

Elle a également dénoncé les couloirs humanitaires destinés à procurer une aide médicale aux réfugiés. «Nous serons en mesure d'accorder une assistance médicale sur place à un plus grand nombre de personnes que si ces personnes sont emmenées en Pologne», a affirmé la responsable.

En automne 2015, les pays de l'UE ont décidé de reloger sur leur territoire 160.000 réfugiés venus d'Afrique en Grèce et en Italie. Les quotas ont été répartis au prorata de la population des autres pays de l‘UE et selon certains autres facteurs. La Pologne s'est alors engagée à accueillir 7.000 personnes, la République tchèque 1.600, la Hongrie 1.300 et la Slovaquie 900 personnes. En deux ans, la Pologne et la Hongrie n'ont accueilli aucun migrant, la République tchèque en a reçu 12 et la Slovaquie 16.

Lire aussi:

La Première ministre polonaise critiquée pour ses propos à Auschwitz
Réfugiés: l’UE s’apprête à sanctionner Prague, Varsovie et Budapest
Une politique migratoire commune de l’UE? La Pologne refuse d’accueillir des réfugiés
Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Tags:
crise migratoire, migration, Union européenne (UE), Beata Szydlo, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook