International
URL courte
3115
S'abonner

Selon le chef du gouvernement luxembourgeois, l’UE devrait avoir d’autres sujets que les sanctions à discuter avec la Russie.

L'Union européenne ne doit pas parler à la Russie exclusivement des sanctions, a déclaré le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel lundi, à Varsovie, à l'issue du sommet du groupe de Visegrád qui comprend la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie et les pays du Benelux.

«Nous croyons qu'il est très important de continuer le dialogue avec la Russie. Il faut qu'il y ait des discussions entre nous. Mais on ne doit pas parler seulement des sanctions et réagir par de nouvelles sanctions», a affirmé M. Bettel.

Le ministre a indiqué qu'il n'avait pas changé son avis concernant la Crimée, mais a ajouté néanmoins que les pays devraient trouver «une solution et élaborer une décision commune».

Plus tôt dans la journée, le Conseil de l'Union européenne a prorogé les sanctions adoptées en réponse au rattachement de l'ex-péninsule ukrainienne de Crimée à la Fédération de Russie.

Les sanctions comprennent des interdictions portant sur l'importation de produits originaires de Crimée ou de la ville de Sébastopol, ainsi que les investissements dans la région. Dans le même temps, les navires de croisière européens ne peuvent pas faire escale dans les ports de la péninsule de Crimée, sauf en cas d'urgence.

Lire aussi:

Les USA ont besoin de nouvelles sanctions pour faire pression sur la Russie et l'Europe
Les sanctions européennes visant la Crimée prolongées d'un an
La Maison-Blanche veut conserver son droit de lever les sanctions antirusses
Que se passera-t-il si les USA durcissent les sanctions antirusses?
Tags:
sanctions antirusses, dialogue, Benelux, Luxembourg, République tchèque, Crimée, Slovaquie, Pologne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook