Ecoutez Radio Sputnik
    Afrique

    Un accord de paix signé entre le gouvernement et les groupes armés centrafricains

    CC0 / Pixabay
    International
    URL courte
    133922

    Aujourd'hui, à Rome, le gouvernement centrafricain et les groupes armés qui opèrent dans le pays se sont assis à la table des négociations pour signer un accord de paix. Selon le document, les parties s'engagent à respecter un cessez-le-feu «immédiat».

    Le gouvernement centrafricain et 13 des 14 groupes armés qui combattent en République centrafricaine ont signé lundi 19 juin à Rome un accord qui devrait contribuer au règlement du conflit ethnique et religieux qui sévit dans le pays et qui a déjà coûté la vie à des milliers de personnes depuis 2013.

    Sous l'égide de la communauté catholique de Sant'Egidio, les parties sont tombées d'accord sur la mise en place d'un cessez-le-feu immédiat sur l'ensemble du territoire du pays «sous le contrôle de la communauté internationale», selon le texte de cet accord rendu public au siège romain de la communauté, très impliquée dans diverses médiations de paix, notamment en Afrique.

    «Nous nous engageons sur le plan politique à ce que les groupes politico-militaires mettent en place immédiatement un cessez-le-feu sur toute l'étendue du territoire national et sous le contrôle de la communauté internationale, ce qui constitue une étape fondamentale sur le chemin de la paix», proclament les signataires du document.

    L'accord a été promu suite à une médiation opérée par la communauté catholique de Sant'Egidio, un acteur important de la diplomatie mondiale qui tente de régler des conflits globaux.

    «Le gouvernement se charge d'obtenir la représentativité des groupes militaires à tous les niveaux», lit-stipule l'accord, ainsi qu'à «la reconnaissance de ces groupes comme partie prenante de la reconstruction».

    La situation en Centrafrique a dégénéré en violence de masse en mars 2013 après l'arrivée au pouvoir, dans ce pays majoritairement chrétien, des militants musulmans de la Séléka.

    Malgré l'intervention française en décembre 2013 dans le cadre de l'opération Sangaris et le déploiement des casques bleus des Nations unies, la situation reste tendue, bien que l'escalade meurtrière ait été stoppée. Le pays a depuis élu un nouveau Président en la personne de Faustin-Archange Touadéra.

    Lire aussi:

    Onu: les meurtres de masse en Centrafrique peuvent être qualifiés de crimes de guerre
    L’Onu désapprouve les violences religieuses et ethniques en Centrafrique
    Un nouveau Casque bleu tué en Centrafrique: l'Onu condamne l'attaque
    Massacres en Centrafrique: au moins 50 personnes tuées
    Tags:
    cessez-le-feu, groupes armés, accord de paix, paix, Rome, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik