International
URL courte
11640
S'abonner

Les tirs de missile réalisés par les Gardiens de la révolution contre Daech sont une réponse aux attentats revendiqués par Daech et qui ont visé, le 7 juin, le Parlement iranien et le mausolée de l’imam Khomeiny à Téhéran, faisant 17 victimes.

La frappe iranienne contre des bases terroristes situées dans la province syrienne de Deir ez-Zor, contrôlée en grande partie par le groupe Daech, a été effectuée en représailles aux attaques terroristes à Téhéran, a indiqué à Sputnik Hossein Sheikholeslam, conseiller du ministre iranien des Affaires étrangères.

«Les enquêtes détaillées sur les attentats de Téhéran (contre le Parlement iranien et le mausolée de l'imam Khomeiny, perpétrés le 7 juin, ndlr.) ont permis de constater que le centre de commandement des chefs des terroristes éliminés se trouvait justement dans la province de Deir ez-Zor. La décision a été prise de les punir. Et je soulignerai que si besoin est — et l'aval est reçu — une opération analogue sera répétée», a indiqué le responsable.

L'opération constituerait aussi un message aux «sponsors des terroristes», à savoir Israël, les États-Unis et l'Arabie saoudite, a-t-il ajouté.

Six missiles sol-sol de moyenne portée ont été tirés dimanche par les Gardiens de la révolution iraniens sur des positions des terroristes de Daech dans la province de Deir ez-Zor, en Syrie. La frappe, effectuée depuis les provinces iraniennes de Kermanshah et du Kurdistan, avait été concertée avec les autorités syriennes, a confirmé à Sputnik Shemshadi Hassan, expert de la radiotélévision iranienne.

«Le tir de missiles des Gardiens de la révolution iraniens contre les terroristes constitue une réponse aux attentats de Téhéran», a pour sa part réitéré l'ambassadeur de l'Iran en Russie Mehdi Sanaï lors d'une table ronde à Sputnik.

Lire aussi:

Attaques de Téhéran: plus de 40 arrestations
Les auteurs de l'attaque de Téhéran ont combattu à Raqqa et à Mossoul
Attentats à Téhéran: «difficile de croire que Daech ait pu opérer seul»
«Répugnant»: Téhéran tacle la Maison-Blanche suite à sa déclaration sur les attentats
Tags:
Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), Etat islamique, Mehdi Sanaï, Hassan Shemshadi, Hossein Sheikholeslam, Deir ez-Zor, Iran, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook