Ecoutez Radio Sputnik
    le chef de l'ÖVP, Sebastian Kurz

    Sebastian Kurz appelle à fermer les jardins d’enfants islamiques en Autriche

    © AP Photo / Peter Dejong
    International
    URL courte
    9402
    S'abonner

    Le ministre autrichien des Affaires étrangères et chef du parti ÖVP, Sebastian Kurz, appelle à traiter la crise migratoire actuelle de façon plus sévère et à cesser d’investir massivement dans les jardins d’enfants islamiques.

    Lors de sa première prise de parole suite à la critique acharnée de la part du chancelier Christian Kern sur son idée de fermer la Méditerranée aux migrants africains («Non-sens populiste»), le chef de l'ÖVP, Sebastian Kurz, a réaffirmé sa position devant les participants du Raiffeisen-Forum à Vienne et appelé les Autrichiens à cesser d'investir dans les jardins d'enfants islamiques, «isolés culturellement et linguistiquement du reste de la société», relate mercredi le journal autrichien Kurier.

    Concernant la question de savoir s'il envisageait de les fermer définitivement, le ministre a répondu assez catégoriquement:

    « Forcément. Nous n'en avons pas besoin. Il faut qu'il n'y ait aucun jardin d'enfants islamiques », a-t-il souligné.

    À cette fin, le chef de l'ÖVP a appelé à ne pas y aller par quatre chemins et à rendre plus strictes les critères de qualité actuels, notamment le niveau de maîtrise de l'allemand des assistantes maternelles des jardins d'enfants islamiques situés en Autriche, dont le nombre s'élève à environ 10.000 établissements rien qu'à Vienne.

    En outre, a-t-il poursuivi, les jardins d'enfants arabes ou tchétchènes qui ne répondent pas à ces critères devraient être fermés sous peu.

    «C'est la voie réglementaire la plus facile pour y parvenir », a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    La Turquie règle ses comptes avec l'Autriche au sein de l'Otan
    Le port de la burqa et du niqab désormais passible d'amende en Autriche
    Autriche: un sanglier charge l’ambassadeur britannique qui profitait de l’air pur
    Tags:
    crise migratoire, Sebastian Kurz, Autriche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik