Ecoutez Radio Sputnik
    La base militaire turque à Doha

    Ankara: «la base turque au Qatar garantit la sécurité de toute la région»

    © REUTERS / Qatar News Agency
    International
    URL courte
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)
    3281

    Les pays du Golfe, qui ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, cherchent à persuader la Turquie d’y fermer sa base militaire. Toutefois, Ankara résiste à ces pressions et promet de qualifier les exigences de fermeture de la base d’ingérence dans les relations bilatérales.

    La Turquie refuse de renoncer à sa base militaire déployée au Qatar, pays qui se trouve au centre d'une crise diplomatique depuis début juin, et considère les appels à fermer la base comme une ingérence des pays du Golfe dans ses relations bilatérales avec le Qatar, a déclaré le ministre turc de la Défense nationale Fikri Isik à la chaîne de télévision turque NTV.

    «La base turque au Qatar garantit la sécurité du Qatar et de l'ensemble de la région», a indiqué M.Isik.

    Le ministre a précisé qu'il n'avait pas encore reçu de demande de fermer la base, mais que son pays n'allait pas dénoncer l'accord signé avec le Qatar en 2014 et portant sur la création de cette installation.

    «Si on l'exige, cela induira une ingérence dans nos relations bilatérales», a ajouté le ministre avant d'appeler de considérer la présence turque au Qatar comme un avantage pour toute la région.

    Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a ratifié deux accords avec le Qatar quelques jours après le début de la crise diplomatique. Les accords portent sur l'envoi d'un contingent militaire turc supplémentaire au Qatar et sur l'élargissement de la coopération turco-qatarie dans la formation de soldats. La Turquie s'est engagée à livrer de la nourriture et de l'eau au Qatar.

    Selon le journal New York Times, cinq blindés et 23 militaires turcs sont arrivés mercredi au Qatar où se trouvent déjà 88 soldats turcs. Les médias régionaux ont annoncé que des exercices conjoints turco-qataris auront lieu après la fête de l'Aïd el-Fitr, qui débute le 25 juin. Le nombre de militaires turcs déployés au Qatar pourrait alors atteindre 1.000 hommes.

    Les premiers entraînements conjoints des militaires turcs et qataris se sont déroulés le 18 juin à la base militaire Tarek Ben Ziyad, d'après la chaîne Al-Jazeera.

    Les autorités du Koweït, qui joue le rôle de médiateur de la crise diplomatique au Proche-Orient, avaient antérieurement remis une liste de conditions au Qatar formulées par Bahreïn, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l'Égypte. Les pays du Golfe réclament que Doha rompe ses relations avec l'Iran, ferme la base militaire turque et arrête de coopérer avec les pays membres de l'Otan.

    L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu le 5 juin leurs relations diplomatiques, ainsi que toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec le Qatar, l'accusant de soutenir les organisations terroristes et de déstabiliser la situation au Proche-Orient. Le gouvernement libyen d'al-Beïda, qui contrôle l'est du pays, ainsi que les autorités du Yémen, des Maldives, de Mauritanie et des Comores ont aussi annoncé la rupture de leurs relations avec Doha. Djibouti et la Jordanie ont quant à eux abaissé le niveau des relations diplomatiques avec le Qatar et le Sénégal, le Niger et le Tchad ont rappelé leurs ambassadeurs à Doha.
    Le sultanat d'Oman et le Koweït sont les seuls pays membres du Conseil de coopération du Golfe à avoir refusé de rejoindre le blocus.

    Dossier:
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)

    Lire aussi:

    Les pays du Golfe énoncent leurs conditions au Qatar
    L'objectif de la coalition anti-Qatar? Renverser le régime de Doha
    Crise autour du Qatar: l’émir Al Thani écrit à Poutine
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Tags:
    crise diplomatique, base militaire, Fikri Isik, Qatar, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik