Ecoutez Radio Sputnik
    Rex Tillerson

    Crise du Golfe: Washington pousse les parties au dialogue

    © AP Photo/ J. Scott Applewhite
    International
    URL courte
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (95)
    238

    Washington se prononce pour le dialogue entre le Qatar et les quatre pays arabes qui ont rompu leurs relations diplomatiques avec l'émirat.

    Certaines exigences avancées par les pays arabes, ayant rompu leurs relations avec le Qatar, peuvent jeter les bases pour la résolution de la crise diplomatique, a déclaré le secrétaire d'État américain Rex Tillerson.

    «Une nouvelle étape productive pourrait être pour chacun des pays de s'asseoir ensemble et de poursuivre cette discussion», a indiqué le chef de la diplomatie américaine dans un communiqué de presse.

    Selon lui, les «partenaires et alliés» de Washington sont «plus forts lorsqu'ils travaillent ensemble dans un but commun» qui consiste à «arrêter le terrorisme et à contrer l'extrémisme».

    Précédemment, l'Arabie saoudite, l'Égypte, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont adressé une liste de conditions destinées à modifier la politique étrangère de Doha.

    Les quatre pays demandent notamment l'arrêt des contacts entre le Qatar et ce qu'ils qualifient d'organisations terroristes dont les Frères musulmans, Daech, Al-Qaïda et le Hezbollah. Ils reprochent également en outre à Doha ses relations avec l'Iran, ainsi que sa coopération militaire avec la Turquie.

    Dossier:
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (95)

    Lire aussi:

    Les Émirats arabes unis excluent la possibilité d’un scénario militaire contre le Qatar
    L’ultimatum lancé au Qatar «pose un risque à l’Arabie saoudite»
    Les pays du Golfe énoncent leurs conditions au Qatar
    Tags:
    crise diplomatique, conditions, dialogue, Frères musulmans, Al-Qaïda, Hezbollah, Etat islamique, Rex Tillerson, Golfe persique, Qatar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik