Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau de Turquie

    Arabie saoudite ou Qatar, un choix délicat pour la Turquie

    © Photo. Pixabay
    International
    URL courte
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)
    20142

    La Turquie s'est retrouvée au centre de la crise du Golfe. Aucune issue à cette dernière n'étant à l'horizon, la situation en péninsule arabique se répercutera de manière négative sur Ankara.

    Dans la crise du Golfe, la Turquie, pays lié d'une manière ou d'une autre aux deux parties en conflit, se retrouve entre le marteau et l'enclume: Riyad exige qu'elle rappelle ses militaires du Qatar et suite au refus d'Ankara de soutenir le blocus contre Doha, l'Arabie saoudite a recours au levier de pression qu'est la question kurde. Or, aucune baisse des tensions n'étant pour le moment en vue, la situation qui s'est créée dans la péninsule arabique aura un impact négatif sur la Turquie, considère l'académicien en politologie Samer Saleha.

    «Pour le moment, il n'y a aucune prémisse d'amélioration de la situation en péninsule arabique, ceci signifie que la situation se répercutera négativement sur la Turquie que ce soit au niveau politique ou économique», a-t-il indiqué dans un commentaire à Sputnik.

    «Liée à toutes les parties en conflit, la Turquie s'est retrouvée au centre de la crise opposant les monarchies du Golfe. Le Président Erdogan a déjà déclaré que les exigences avancées par les pays du Golfe étaient une ingérence dans les relations bilatérales entre la Turquie et le Qatar qui peuvent choisir eux-mêmes avec qui entretenir des relations d'amitié et conclure des alliances», a ajouté l'expert.

    L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu le 5 juin dernier leurs relations diplomatiques, ainsi que toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec le Qatar, l'accusant de soutenir les organisations terroristes et de déstabiliser la situation au Proche-Orient. Le gouvernement libyen d'al-Beïda, qui contrôle l'est du pays, ainsi que les autorités du Yémen, des Maldives, de Mauritanie et des Comores ont aussi annoncé la rupture de leurs relations avec Doha. Djibouti et la Jordanie ont quant à eux abaissé le niveau des relations diplomatiques avec le Qatar et le Sénégal, le Niger et le Tchad ont rappelé leurs ambassadeurs à Doha. Le sultanat d'Oman et le Koweït sont les seuls pays membres du Conseil de coopération du Golfe à avoir refusé de rejoindre le blocus.

    Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a ratifié deux accords avec le Qatar quelques jours après le début de cette crise diplomatique. Les accords portent sur l'envoi d'un contingent militaire turc supplémentaire au Qatar et sur l'élargissement de la coopération turco-qatarie dans la formation de soldats. La Turquie s'est engagée à livrer de la nourriture et de l'eau au Qatar.

    Dossier:
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)

    Lire aussi:

    Rejetant le diktat des pays arabes, le Qatar refuse de rompre avec l’Iran
    Les Émirats arabes unis excluent la possibilité d’un scénario militaire contre le Qatar
    L’ultimatum lancé au Qatar «pose un risque à l’Arabie saoudite»
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Tags:
    crise diplomatique, Kurdes, Recep Tayyip Erdogan, Qatar, Arabie Saoudite, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik