International
URL courte
Situation en Afghanistan (730)
4191
S'abonner

Pour Pékin, la suppression par Washington du poste d'envoyé en Afghanistan et au Pakistan remet en cause la continuité de la politique américaine dans ce dossier.

La Chine est perplexe face à la récente décision de Washington de supprimer le poste d'envoyé en Afghanistan et au Pakistan, a déclaré l'envoyé spécial pour les affaires afghanes du ministère chinois des Affaires étrangères Deng Xijun.

L'envoyée spéciale des États-Unis en Afghanistan et au Pakistan, Laurel Miller, avait démissionné vendredi et personne n'avait été nommé pour la remplacer, au moment où l'armée américaine se prépare à déployer des milliers de militaires supplémentaires dans le pays.

«Je ne sais pas qu'adviendra-t-il ensuite de la politique américaine en Afghanistan. Je suis curieux d'apprendre la réaction du gouvernement afghan face à cette décision, car les États-Unis assument un rôle très important dans le dossier afghan. Est-ce que la fermeture du bureau de l'envoyé spécial marque un changement important dans la politique américaine?», s'est demandé M.Deng lors d'un point de presse.

Auparavant, la Chine, le Pakistan et l'Afghanistan avaient publié une déclaration conjointe au terme de la visite du chef de la diplomatie chinoise Wang Yi à Kaboul et à Islamabad. Selon ce document, Pékin s'est engagé à soutenir le Pakistan et l'Afghanistan dans la mise en place d'un mécanisme de gestion de crises.

Le Pentagone prévoit, selon des informations de presse, de déployer jusqu'à 5.000 soldats supplémentaires en Afghanistan pour renforcer les capacités de l'armée locale afin de venir à bout de l'insurrection des talibans.

Dossier:
Situation en Afghanistan (730)

Lire aussi:

Un général US qualifie la campagne américaine en Afghanistan de «honte»
Une bombe explose près d'une base militaire US en Afghanistan
Vidéo du largage sur l'Afghanistan de la plus puissante bombe non nucléaire US
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
Tags:
politique, Laurel Miller, Deng Xijun, Wang Yi, Afghanistan, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook