Ecoutez Radio Sputnik
    Nord Stream 2

    Position des USA sur Nord Stream2: «démarche de l'ogre qui veut devenir végétarien»

    © AP Photo / Frank Hormann
    International
    URL courte
    7300

    Si la Russie veut se faire entendre en Europe, elle n'utilisera pas pour sûr le robinet de gaz comme argument. Les ventes de l'or bleu c'est du pur commerce, a souligné dans un commentaire exclusif à Sputnik le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine.

    Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine a commenté dans une interview exclusive à Sputink les tentatives des États-Unis de mettre des bâtons dans les roues de la construction du gazoduc Nord Stream 2, censé relier le littoral russe à l'Allemagne via la mer Baltique.

    Selon lui, les tentatives de Washington de pousser les pays de l'UE à renoncer au projet sont semblables «à la démarche de l'ogre qui veut devenir végétarien. "[Nous, ndlr] ne consommons pas de gaz russe, du tout". Nous ne mangerons rien, nous mâcherons du papier peint. Ils considèrent que si nous leur livrons du gaz, nous les mettons à genoux? Comment? C'est du pure commerce», a-t-il indiqué.

    Selon lui, craindre que la Russie «coupe d'un coup le gaz» est absurde. «Nous gagnons de l'argent! Nous avons toute une série de moyens pour nous faire entendre et nous faire écouter. Le gaz n'y est pour rien», a ajouté le vice-Premier ministre.

    Plus tôt, une source diplomatique à Bruxelles avait déclaré à Sputnik que Washington exerçait des pressions sur les pays membres de l'UE afin d'empêcher la mise en place du projet Nord Stream 2 et ce pour éliminer un concurrent sur le marché énergétique européen qu'est l'Allemagne.

    Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux tuyaux de gazoduc reliant le littoral russe à l'Allemagne, via la mer Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes par an. Le chantier doit être terminé avant la fin 2019. Le coût du projet est évalué à 9,5 milliards d'euros.

    En avril 2017, les entreprises énergétiques Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall ont conclu un accord avec le géant gazier russe Gazprom sur le financement du projet Nord Stream 2. Aux termes de l'accord, les partenaires européens investiront 50% du coût total du projet de 9,5 milliards d'euros. Ainsi, la contribution de chacune des sociétés s'élèvera à 950 millions d'euros.

    Lire aussi:

    Nord Stream 2: des banques chinoises pourraient apporter leur soutien sous peu
    L’Ukraine demande aux USA de «punir» tous les participants au Nord Stream 2
    Certains pays d'Europe de l'Est ne voient pas d’un bon œil Nord Stream 2
    Tags:
    gaz, South Stream, Dmitri Rogozine, Russie, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik