International
URL courte
8331
S'abonner

D’après le Président du Parlement iranien, Washington «flirte» avec le terrorisme. De plus, selon lui les États-Unis non seulement ne combattent pas contre l’extrémisme, mais le soutiennent de différentes manières.

La stratégie des États-Unis consiste à flirter avec le terrorisme et non pas à lutter contre ce dernier, a déclaré Ali Ardashir Larijani, Président de l'Assemblée consultative islamique d'Iran, lors de la deuxième réunion des porte-paroles des Parlements des pays d'Eurasie à Séoul.

«Par ailleurs, il y a des pays comme les États-Unis et certains autres qui proclament qu'ils combattent le terrorisme. Mais actuellement il est déjà clair qu'ils soutiennent le terrorisme de différentes manières. Les États-Unis flirtent avec le terrorisme plutôt que de le combattre», a affirmé M. Larijani.

Il a également souligné que les parlements des pays eurasiens devaient renforcer la lutte contre l'extrémisme pour assurer la sécurité.

Auparavant, Téhéran s'est engagé à présenter sous peu des preuves tangibles démontrant que Washington accorderait son soutien au groupe terroriste Daech. Des déclarations de personnalités iraniennes au sujet des liens entre les États-Unis et Daech se sont succédé aux cours des jours qui ont suivi le double attentat de Téhéran le 7 juin qui a fait 17 morts et 43 victimes blessés.

Bien que les djihadistes de Daech aient revendiqué les deux attaques à Téhéran, les Gardiens de la révolution islamique accusent Washington et Riyad d'implication dans les attentats. Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a rejeté les condoléances apportées par le Président américain Donald Trump à son pays suite aux attaques.

Lire aussi:

Renforcement des sanctions: l’Iran juge illégitimes certaines démarches de Washington
Rejetant le diktat des pays arabes, le Qatar refuse de rompre avec l’Iran
Iran: un groupe lié à Daech suspecté de préparer des attentats arrêté
Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Tags:
flirt, soutien, accusations, lutte antiterroriste, terrorisme, Téhéran, Séoul, Eurasie, Washington, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik