Ecoutez Radio Sputnik
    Atterrissage sur Mars dans sa phase finale (vue d'artiste).

    Débarquer sur Mars et survivre: explications d’une spécialiste

    CC BY-SA 4.0 / Rlevente / Atterrissage sur Mars dans sa phase finale (vue d'artiste).
    International
    URL courte
    32306193

    La colonisation de Mars est une tâche extrêmement complexe, notamment dans ses aspects médicaux, estime Thais Russomano, première femme médecin d’Amérique latine spécialisée en médecine spatiale. Si le vol vers Mars est possible, la survie sur la planète rouge présente un défi de taille, a-t-elle confié à Sputnik.

    Dans une interview accordée à Sputnik, Mme Russomano, fondatrice de MicroG, le premier centre de recherche en médecine spatiale au Brésil, centre interdisciplinaire unique au monde, et conseillère du projet Mars One, a évoqué trois principaux obstacles empêchant le débarquement de l'homme sur Mars, signalant que du point de vue technique nous sommes déjà là.

     Thais Russomano, pendant une rencontre  à l'Université de l'amitié des peuples à Moscou le 26 juin 2017
    © Photo. Viktoria Tulisova, PFUR
    Thais Russomano pendant une rencontre à l'Université de l'amitié des peuples à Moscou le 26 juin 2017

    «Nous avons déjà envoyé des sondes et des robots qui roulent sur sa surface. Nous savons comment l'atteindre. Mais ce qui empêche le débarquement sur Mars, ce sont les problèmes de survie dans l'espace», signale la spécialiste.

    Le premier problème qu'il faut résoudre avant de partir vers Mars est la gravité. Parce qu'en quittant la Terre où la gravité est de un G (constante gravitationnelle universelle), nous arriverons sur Mars où elle est d'un tiers de G, ce qui veut dire qu'une personne qui pèse 90 kg sur Terre pèsera 30 kg sur Mars, sans oublier le fait que pendant le vol, la gravité fera complètement défaut.

    Deux autres problèmes majeurs sont le rayonnement et l'état sociopsychologique des astronautes. En effet, plus grande est la distance séparant le vaisseau spatial de la Terre, plus le stress subi pas les astronautes s'aggrave, eux qui ont abandonné leur famille et leurs proches et qui sont exposés aux effets du changement de gravité et au rayonnement.

    «Je pense que pour effectuer le premier vol vers Mars, il faut savoir conjuguer les efforts et les investissements dans l'ingénierie spatiale, la physiothérapie et la médecine spatiale afin de minimiser l'impact de ces trois aspects», constate la spécialiste brésilienne.

    Selon elle, pour que le vol vers Mars soit réussi, il faut procéder à ce qu'elle appelle la terraformation, c'est-à-dire reproduire autant que possible les conditions de vie terrestres à l'intérieur du vaisseau spatial, car il faut débarquer sur Mars en forme afin d'y survivre. Et préparer les conditions pour un vol en sécurité demande du temps.

    «Envoyer les hommes sur Mars est aujourd'hui un projet à risque. Il faut bien peser tous les risques pour que les gens n'arrivent sur place morts ou avec de graves problèmes de santé. Six mois dans l'espace, cela ne fait pas beaucoup: le russe Vladimir Poliakov a séjourné dans l'espace pendant 437 jours. Mais se trouver en orbite autour de la Terre est une chose et l'espace lointain en est une autre», souligne Thais Russomano.

    Bref, il est encore tôt d'entreprendre un vol habité vers Mars.

    «De nombreuses connaissances nous manquent encore», conclut-elle.

    Lire aussi:

    Quels seront les défis des premiers colonisateurs de Mars?
    Les Égyptiens étaient-ils les premiers à mettre le pied sur Mars?
    Trump veut coloniser le Mars avant la fin de son mandat

    Lire aussi:

    Le Japon compte envoyer un homme sur la Lune d’ici 2030
    L'armée russe a surveillé 930 objets en orbite en 2016
    Roscosmos voit les missions vers la Lune comme sa priorité dans les prochaines années
    La Chine veut être la première à construire une base sur la Lune
    Mars: à quels troubles doivent s’attendre les premiers voyageurs?
    Tags:
    gravitation, vaisseau spatial, rayonnement, Thais Russomano, Mars
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik