Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Face aux succès de l'armée syrienne, les USA évoquent de nouvelles attaques chimiques

    © AP Photo / Hassan Ammar
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (été 2017) (114)
    11119
    S'abonner

    En accusant les autorités syriennes de projeter une nouvelle attaque chimique, Washington ne fonde ses allégations sur aucune preuve tangible et tente de torpiller les succès des troupes gouvernementales, qui reprennent progressivement des territoires aux terroristes, estime un responsable syrien dans un commentaire à Sputnik.

    La déclaration de la Maison-Blanche au sujet de la préparation d'une nouvelle attaque chimique par les troupes gouvernementales syriennes intervient sur fond de la reprise par l'armée gouvernementale d'une série de territoires aux terroristes, considère le conseiller du ministre syrien de l'Information Ali Ahmad.

    Selon ce dernier, les États-Unis ont pris conscience du fait que la Russie et la Syrie s'imposent face aux terroristes et reprennent progressivement les territoires, dont ceux contrôlés par les États-Unis. «C'est pourquoi ils veulent que tout revienne au point de départ, en accusant les autorités syriennes d'attaque chimique comme ils l'ont fait auparavant», a-t-il déclaré à Sputnik.

    M. Ahmad souligne que dans les déclarations de la Maison-Blanche, qui promet d'ores et déjà des mesures de riposte, aucune source d'information n'est mentionnée.

    «Ils n'ont rien dit au sujet de la source d'information, juste donné une phrase générale à propos de la préparation d'une attaque chimique et rejeté tout de suite la responsabilité sur le gouvernement syrien sans le fonder sur une quelconque preuve, oubliant qu'eux-mêmes étaient observateurs du processus de destruction des armes chimiques syriennes», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Selon ce dernier, les États-Unis veulent prévenir tout contact entre la Syrie et l'Irak et souhaitent un maintien des tensions dans ce pays proche-oriental.

    «Nous devons être très prudents avec cette question. La dernière fois ils ont commis une erreur grave, car la duperie était évidente. Mais ils peuvent tirer des leçons des erreurs passées et faire le même tour mais d'une manière plus professionnelle», estime-t-il.

    Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

    Les États-Unis ont effectué, dans la nuit du 6 au 7 avril, une frappe de missiles contre la Syrie, accusant le gouvernement de Bachar el-Assad d'avoir eu recours à des armes chimiques à Khan Cheikhoun, où, selon des sources locales proches de l'opposition, une attaque aurait fait 80 morts et 200 blessés. La Russie a critiqué la démarche de Washington et a réclamé des preuves de l'implication de Damas dans cette attaque présumée.

    Les autorités russes ont demandé une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'OIAC. En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée. Par la suite, Damas a adressé une invitation officielle à l'OIAC.

    Dossier:
    Situation en Syrie (été 2017) (114)

    Lire aussi:

    La Russie a des preuves sur le truquage des images d'«attaques chimiques» en Syrie
    Pas d’armes chimiques, pas d’attaques: Damas rejette les accusations
    Moscou remettra à l'OIAC des preuves d'attaques chimiques terroristes à Alep
    Tags:
    accusation gratuite, attaque chimique, succès, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik