Ecoutez Radio Sputnik
    La centrale nucléaire de Tchernobyl

    La centrale nucléaire de Tchernobyl touchée par le virus informatique Petya

    © Sputnik . Stringer
    International
    URL courte
    4211
    S'abonner

    La centrale nucléaire de Tchernobyl complète la liste des entreprises et société frappées ce mardi par une cyberattaque, ce qui a conduit au passage en mode manuel du monitorage de radiation. Aucun risque n'existe cependant.

    Le virus-extorqueur Petya a attaqué les systèmes de monitorage de radiation de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, a annoncé le chef de relève Vladimir Iltchouk.

    Selon ce dernier, lorsque le virus informatique Petya a affecté les systèmes, l'ordre a été donné de débrancher les ordinateurs du personnel. Bien que certains équipements aient été contaminés par le virus, aucun danger de fuite de radiation n'existe.

    «Les niveaux de contrôle n'ont pas bougé. Aucune dégradation de l'environnement radioactif n'a été observé», a-t-il déclaré, cité par le journal Oukraïnskaïa pravda.

    Comme l'a annoncé l'Agence étatique de gestion de la zone d'exclusion, suite à la cyberattaque, le monitorage est passé en mode manuel.

    Plus tôt dans la journée de mardi, la compagnie Group-IB avait annoncé que le virus-extorqueur Petya était à l'origine d'une attaque massive ayant visé des compagnies financières, pétrolières et de télécommunications de Russie et d'Ukraine. Le virus, qui ressemble à WannaCry, bloque les ordinateurs et exige 300 dollars en bitcoins. Plus tard, le chef de l'équipe internationale de chercheurs du Kaspersky Lab, Costin Raiu, a annoncé que le virus se propageait à travers le monde.

    L'éditeur d'antivirus russe Docteur Web a par la suite déclaré que la manière dont se propageait le virus informatique qui a paralysé ce mardi des entreprises russes et ukrainiennes se distinguait de la propagation du virus-extorqueur Petya.

    L'entreprise de cybersécurité russe Kaspersky Labs a ultérieurement annoncé que la cyberattaque mondiale qui a frappé mardi l'ensemble de l'Europe et commençait à s'étendre aux États-Unis, n'utilisait pas le rançongiciel Petya.

    Lire aussi:

    Pyongyang derrière le virus WannaCry? C’est ce que les USA affirment
    WannaCry: le piratage en provenance de Chine ou de Singapour?
    Un Français a trouvé un moyen pour vaincre le virus mondial WannaCry
    Tags:
    attaque, radiation, Tchernobyl, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik