Ecoutez Radio Sputnik
    Ordinateur

    «Virus-Président»? Les réseaux sociaux réagissent au virus Petya

    © Fotolia/ Tomasz Zajda
    International
    URL courte
    5313

    Après qu'une cyberattaque d'envergure a touché mardi des entreprises dans plusieurs pays, tels que la Russie, l'Ukraine, la France, l'Espagne et d'autres, les internautes ont eux aussi voulu s'exprimer sur le sujet.

    Ayant rétabli l'accès aux ordinateurs suite à l'attaque Petya, les utilisateurs des pays où les serveurs ont été paralysés ont débarqué sur les réseaux sociaux pour partager leurs émotions.

    «Le virus-extorqueur Petya a attaqué des entreprises russes et ukrainiennes, puis a gagné les élections en Ukraine et a commencé à demander des fonds à l'Europe.»

    «Quand Petya.A débarque chez vous.»

    Le nom inattendu du virus a aussi fait l'objet de blagues: «Je vais nommer ce virus pour que personne ne comprenne… Petya.A.»

     

     

    «Le virus Petya sévit depuis près trois ans en Ukraine.»

    «Le nom du virus de l'attaque d'aujourd'hui est Petya, ce qui est une version raccourcie de Petro. Coïncidence? Non.»

    «Was WannaCry just a start?», «WannaCry n'était-il que le début?» s'interrogent d'autres.

    Plus tôt dans la journée de mardi, la compagnie Group-IB avait annoncé que le virus-extorqueur Petya était à l'origine d'une attaque massive ayant visé des compagnies financières, pétrolières et de télécommunications de Russie et d'Ukraine. Le virus, qui ressemble à WannaCry, bloque les ordinateurs et exige 300 dollars en bitcoins. Plus tard, le chef de l'équipe internationale de chercheurs du Kaspersky Lab, Costin Raiu, a annoncé que le virus se propageait à travers le monde.

    Plus tard, Dr.Web et Kaspersky ont déclaré qu'il pourrait s'agir d'un autre virus.

    Lire aussi:

    Timochenko compare le virus Petya à Piotr Porochenko
    La centrale nucléaire de Tchernobyl touchée par le virus informatique Petya
    Le virus ayant paralysé des entreprises russes et ukrainiennes se distingue de Petya
    Tags:
    virus informatique, réaction, réseaux sociaux, cybercriminalité, cyberattaque, Piotr Porochenko, Europe, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik