International
URL courte
0 55
S'abonner

Le ministère iranien des Affaires étrangères a dénoncé la décision de la Cour suprême des États-Unis de remettre partiellement en vigueur le décret migratoire de Donald Trump.

Les États-Unis adoptent une position discriminatoire à l'égard des musulmans, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Bahram Qassemi en réaction à la remise partielle en vigueur du décret antiterroriste de Donald Trump.

«Bien que la décision de la Cour suprême des États-Unis soit temporaire, elle démontre qu'en dépit de leurs déclarations les autorités américaines adoptent une attitude raciste et discriminatoire vis-à-vis des musulmans», a indiqué M.Qassemi.

Lundi, la Cour suprême, la plus haute instance judiciaire américaine, avait accepté d'entendre l'appel de Donald Trump concernant son décret antiterroriste, dont l'exécution a été jusqu'à présent bloquée par la justice.

La Cour a également remis en vigueur une partie des dispositions du document qui s'appliquera désormais aux individus «n'ayant pas établi de relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux États-Unis».

La première version du décret, qui fermait pour un délai de 90 jours les frontières américaines aux citoyens de sept pays majoritairement musulmans, dont l'Iran, avait été suspendue par de multiples juges, en première instance ainsi qu'en appel.

Lire aussi:

Le nouveau décret migratoire de Trump suspendu par un autre juge fédéral
Trump surfe sur l’attentat de Londres pour défendre son décret migratoire
Le voyage de Trump a eu «pour effet de stigmatiser, de criminaliser» l’Iran
Voici pourquoi il ne faut jamais conserver les œufs dans la porte d’un réfrigérateur
Tags:
discrimination, décret, migrants, Donald Trump, Bahram Qassemi, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook