Ecoutez Radio Sputnik
    Nord-Coréens

    Un Goulag pour plus de 20.000 Nord-Coréens chaque année en Russie, selon un rapport US

    © Sputnik. Vadim Vodyanitsky
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    7510615897

    Chaque année, 20.000 Nord-Coréens viennent en Russie où ils sont forcés à travailler dans des conditions extrêmement dures sans être payés comme il se doit. Kim Jong-un les met entre les Mains du Kremlin afin qu'ils touchent un salaire et remplissent ainsi le trésor du pays, à en croire le secrétaire d'État américain Rex Tillerson.

    La Main du Kremlin vient d'apprendre une déclaration des plus sérieuses émanant du secrétaire d'État des États-Unis Rex Tillerson concernant l'existence en Russie et dans d'autres pays de camps de travail créés par Pyongyang.

    Des dizaines de milliers de citoyens nord-coréens y seraient forcés à travailler dans des conditions avoisinant l'esclavage, lit-on dans un rapport de M.Tillerson publié le 27 juin.

    Alors, l'histoire à dormir debout vous tente? Continuons donc de survoler le document officiel: ces «employés» nord-coréens seraient transférés sur le territoire russe dans le cadre d'accords bilatéraux conclus entre Moscou et Pyongyang.

    «Le gouvernement russe a soutenu et récemment élargi les accords bilatéraux avec la Corée du Nord qui prévoient le fonctionnement, sur le territoire de la Russie, de camps de travail de la Corée du Nord, et des milliers de travailleurs nord-coréens ont été soumis au travail forcé», stipule le texte.

    Qui plus est, Washington dévoile que «plusieurs d'entre eux travaillent 20 heures par jour sans toucher directement leur salaire» dont la majeure partie est confisquée par les autorités nord-coréennes, ce qui permet d'ailleurs à Pyongyang de recevoir ainsi «annuellement des centaines de millions de dollars».

    M.Tillerson estime à 20.000 personnes par an le nombre de ces «esclaves» basés en Russie. 30.000 autres Nord-Coréens travailleraient officiellement en Russie mais y seraient en réalité forcés.

    Le document ne manque pas d'évoquer également les difficiles conditions dans lesquelles se retrouvent ces citoyens nord-coréens une fois qu'ils ont passé la frontière russe.

    Cependant, la Main du Kremlin ne serait pas la seule à participer à cette traite de personnes. Les USA pointent du doigt également d'autres pays comme la Chine, le Nigeria, l'Algérie ainsi que certains pays européens, dont la Pologne. Des Nord-Coréens y travaillent dans l'industrie minière, l'industrie textile, l'exploitation forestière et la construction.

    Évidemment, dans le but de mettre un terme à cette situation, les autorités américaines se font dès lors un devoir d'intervenir et d'en faire part au monde entier.

     

    Lire aussi:

    La Main du Kremlin ce n'est rien comparé à ses «tentacules»!
    La Main du Kremlin passe ses vacances à Malte... mais ne perd pas son emprise!
    Cyberattaque mondiale: un retour triomphal des «hackers russes»?
    Tags:
    travail forcé, Rex Tillerson, Corée du Nord, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik