Ecoutez Radio Sputnik
    Virus Petya

    Cyberattaque Petya: la NSA impliquée?

    © Sputnik.
    International
    URL courte
    2110

    Des experts américains en cybersécurité estiment que la récente attaque au virus extorqueur Petya contre des sociétés à travers le monde a été réalisée grâce à des instruments de piratage élaborés par la NSA.

    La nouvelle cyberattaque globale de mardi aurait été réalisée à l'aide d'Eternal Blue, le même instrument des services secrets américains qui a été utilisé dans l'attaque du virus WannaCry en mai dernier, selon des spécialistes de la société américaine Symantec, spécialisée dans les logiciels informatiques.

    Mardi, la société Group-IB a annoncé que le virus extorqueur Petya était à l'origine d'une cyberattaque d'envergure contre des compagnies pétrolières, financières et de télécommunications russes et ukrainiennes. Petya bloque les ordinateurs et réclame une rançon équivalente à 300 dollars en bitcoins pour le déblocage. Plus tard, le virus s'est propagé dans le monde entier.

    Eternal Blue, l'un des dizaines d'instruments de piratage créés par l'Agence de sécurité nationale des États-Unis (NSA) et révélés au public par le groupe Shadow Brokers, a été utilisé tant dans les attaques du virus WannaCry que dans celles de Petya, relate le New York Times citant Symantec. Cependant, la NSA n'a pas reconnu avoir utilisé ses instruments dans ces attaques.

    L'attaque actuelle a été réalisée avec une «version perfectionnée et plus néfaste de WannaCry», a déclaré au NYT le chercheur Matthieu Suiche, qui a aidé à contenir l'épidémie de WannaCry au printemps.

    Lire aussi:

    Un chercheur israélien a trouvé comment tromper le virus Petya
    La centrale nucléaire de Tchernobyl touchée par le virus informatique Petya
    Le virus ayant paralysé des entreprises russes et ukrainiennes se distingue de Petya
    Tags:
    Petya (virus-extorqueur), cyberattaque, Symantec, Agence nationale de sécurité américaine (NSA)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik