International
URL courte
2214
S'abonner

Les services spéciaux américains déclassifient les informations concernant l’utilisation d’un programme de surveillance non autorisée par la justice, afin de faire pression sur le législateur pour créer des bases légales pour son utilisation régulière.

Le renseignement américain a eu recours à un programme de surveillance sans mandat judiciaire pour aider la Turquie à retrouver l'auteur de l'attentat perpétré dans la nuit du Nouvel An, relate The New York Times, citant des sources au sein du FBI.

Selon le média, cet incident constitue «un de nouveaux exemples déclassifiés» par les services spéciaux américains en vue de trouver des bases juridiques pour rendre légale l'utilisation du logiciel, dans le cadre de la loi sur la collecte des données de renseignement. Comme l'indique The New York Times, la loi expire fin 2017, sous réserve qu'elle ne soit pas prolongée par le Congrès.

L'intention des services de renseignement américains de faire pression sur les législateurs et d'obtenir ainsi la prolongation de la loi a pourtant créé des dommages collatéraux, poursuit le média, ajoutant que cette initiative avait débouché sur des «turbulences politiques». À titre d'exemple, il évoque la «rage continue des républicains concernant les fuites des conversations entre l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, Michael Flynn, et l'ambassadeur russe aux États-Unis, Sergueï Kisliak, qui s'étaient tenues en décembre».

Lire aussi:

Porte-avions UK bientôt à l'eau: le Times anticipe déjà la «surveillance russe»
La NSA a testé sa surveillance électronique pendant les JO d’hiver de 2002
Edward Snowden prévient «d'une nouvelle vague de surveillance de masse au Japon»
Ce pays serait le premier au monde à avoir vaincu le coronavirus
Tags:
surveillance, Turquie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook