Ecoutez Radio Sputnik
    Omran Daqneesh

    Moscou: CNN doit s’expliquer sur la «manipulation» des photos d’un garçon d’Alep

    © REUTERS / Mahmoud Rslan
    International
    URL courte
    11613

    CNN figure parmi les médias qui ont contribué à la campagne de dénigrement du gouvernement syrien en publiant la photo d’un petit Syrien, Omran, qu’on a présenté comme un martyr ayant survécu aux «violences des troupes fidèles à Bachar el-Assad». Il s’est ensuite avéré qu’il s’agissait d’une intox. Moscou exhorte CNN à s’expliquer.

    Le ministère russe des Affaires étrangères appelle la chaîne de télévision américaine CNN à expliquer «la manipulation de l'opinion publique» autour d'une photo d'un petit garçon syrien en état de choc du nom d'Omran Daqneesh, a annoncé jeudi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

    «Nous avons envoyé mercredi une lettre officielle au bureau de la chaîne de télévision CNN rappelant les manipulations de l'opinion publique utilisées par l'analyste de la chaîne, Mme Amanpour, à la veille de la présidentielle américaine, lors d'une interview du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Nous considérons que la chaîne et l'analyste doivent réagir […]. Ils doivent s'expliquer», a indiqué Maria Zakharova.

    Les photos d'Omran Daqneesh, dont le visage est couvert de poussière et de sang, ont été utilisées dans une campagne visant à ternir l'image des soldats des troupes gouvernementales syriennes. Des médias ont affirmé que le garçon avait été blessé lors d'un bombardement de la partie est d'Alep par l'aviation russe. L'analyste de CNN Christiane Amanpour a montré la photo lors de l'interview de Sergueï Lavrov en déclarant que les souffrances de l'enfant étaient «un crime contre l'humanité».

    Le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a démenti les informations diffusées par les médias occidentaux sur une frappe présumée visant le quartier alépin de Quaterji le 17 août dernier. Il a rappelé que ce quartier se trouvait à proximité de deux couloirs humanitaires aménagés pour que les habitants d'Alep puissent quitter la ville. En outre, les avions russes opérant en Syrie n'attaquent jamais les cibles situées dans les villes, a souligné M.Konachenkov.

    Le père du garçon a plus tard déclaré à l'agence vidéo RT Ruptly qu'Omran avait effectivement été blessé, mais que les médias avait exagéré la gravité des blessures et que les djihadistes souhaitaient utiliser les photos de l'enfant pour dénigrer le gouvernement de Damas. Dans les faits, l'enfant habite toujours à Alep et sa famille soutient le gouvernement syrien.

    Selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, CNN et l'analyste Christiane Amanpour devraient «corriger les informations falsifiées qu'ils ont diffusées à la fin de 2016».

    «C'était une manipulation des masses globale. Nous attendons une réaction», a conclu Mme Zakharova.

    Lire aussi:

    Pierre Le Corf raconte la véritable histoire d’Omran d’Alep
    La famille d’Omran, «symbole de la bataille d’Alep», reste fidèle à Assad
    D’Aylan à Omran: les enfants-soldats de la guerre informationnelle
    Tags:
    manipulation, désinformation, CNN, Christine Amanpour, Maria Zakharova, Omran Daqneesh, États-Unis, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik