Ecoutez Radio Sputnik
    un militaire russe

    USA: la conception du mot «dissuasion» à l’origine des tensions russo-occidentales?

    © AFP 2018 Sergey Venyavsky
    International
    URL courte
    2011

    Le Pentagone est convaincu que les pays occidentaux et la Russie interprètent de façon différente le terme «dissuasion», une divergence qui pourrait expliquer les tensions actuelles.

    Selon le rapport relayé par l'Agence du renseignement de la défense des États-Unis, les notions d'«aptitude opérationnelle, dissuasion non-nucléaire et dommages inacceptables» sont étroitement liés dans la «conception russe».

    «D'après les militaires russes, les dispositifs non-nucléaires, maintenus en état d'alerte instantanée et prêts à frapper l'agresseur, y compris son économie, auraient un effet dissuasif», lit-on dans le rapport.

    En outre, selon le Pentagone, «pour Moscou le mot traduit comme «dissuasion» a plus à voir avec la notion de restriction dynamique, autrement dit, «restreindre quelque chose de mouvant par la force».

    Dans les pays occidentaux, la même notion, affirme le rapport, est considérée comme «un critère spécifié» et non comme «un procès actif et souple».

    «Les Russes interprètent la dissuasion stratégique comme un complexe de mesures concertées entreprises par le pays pour affirmer le poids de son gouvernement politique», précise le Pentagone dans le rapport.

    Et d'ajouter que les chercheurs russes faisaient la distinction entre une dissuasion «par la force» et une dissuasion «sans usage de la force» tant dans le domaine économique que militaire, et distinguaient la dissuasion nucléaire de la dissuasion non-nucléaire.

    Lire aussi:

    L’Europe examine son propre potentiel de dissuasion nucléaire, sans les USA
    Nouveau tir nord-coréen: Moscou condamne et appelle à la dissuasion
    Chars de la Bundeswehr en Lituanie: la presse évoque la «dissuasion» de la Russie
    Tags:
    tensions, agresseur, restrictions, dissuasion, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik