International
URL courte
5220
S'abonner

En accusant Damas de préparer une attaque chimique, Washington poursuivit ses propres intérêts et cherche à cacher ses défaites, a assuré le député syrien Ammar al-Asad dans une interview à Sputnik.

Les propos tenus à Washington selon lesquels Damas serait en train de préparer une attaque chimique visent à détourner l'attention des «victoires de l'armée gouvernementale dans le désert syrien, à la frontière avec l'Irak, et sa coopération réussie avec les forces de mobilisation populaire Al'-Khachd ach-Chaabi», estime le député syrien Ammar al-Asad. Selon lui, les «États-Unis, ont appuyé les combattants en Syrie depuis le début du conflit.

«Les États-Unis et leurs alliés n'ont toujours pas envoyé de commission internationale indépendante à Khan Cheikhoun pour enquêter sur l'incident qui y a eu lieu», a-t-il rappelé, tout en ajoutant que les autorités syriennes et russes avaient proposé d'envoyer un groupe d'experts sur l'aérodrome de Shayrat duquel auraient décollé les avions qui auraient bombardé Khan Cheikhoun.

Autre acteur qui prend progressivement sa place dans la crise syrienne, Israël fait monter la tension sur les hauteurs du Golan et Quneitra, indique M.al-Asad. Selon le député, «appuyées par les Américains», ces «manœuvres visent à retirer les régions au contrôle des autorités syriennes».

«Il arrive que les États-Unis et Israël inversent les rôles. Ainsi, Tel-Aviv apporte un soutien aux terroristes qui combattent à Quneitra. Mais ils essuient un échec parce que l'armée reprend le contrôle des sites stratégiques dans ces régions», poursuit-il. Et d'ajouter: Les États-Unis agissent dans les intérêts d'Israël, et ce conflit profite à ceux qui combattent contre Damas, car ils vendent des armes et sont liés aux sociétés d'armement.

Selon CNN, qui cite des sources anonymes, les USA ont déployé des navires et des avions près de la base syrienne de Shayrat afin de réaliser une éventuelle attaque. Cette manouvre intervient suite aux propos tenus par le porte-parole de la présidence américaine Sean Spicer, qui a affirmé mardi que le gouvernement syrien était en train de préparer une nouvelle attaque à l'arme chimique, tout en mettant le Président syrien Bachar el-Assad en garde contre le «prix élevé» que paierait son armée en cas d'attaque sur des civils.

Le ministre syrien de la Réconciliation nationale Ali Haïdar a rejeté les allégations américaines tout en soulignant que Damas «n'avait jamais eu recours à l'arme chimique et n'envisageait pas de le faire à l'avenir».

Lire aussi:

Le Pentagone toujours persuadé d'avoir prévenu une attaque chimique en Syrie
Zakharova tacle Washington sur les préparatifs d’une attaque chimique en Syrie
Syrie: au moins 40 civils tués dans une frappe de la coalition près de Deir ez-Zor
La banlieue lyonnaise «s’embrase», une quinzaine d’individus saccagent une voiture de police – images
Tags:
attaque chimique, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook