International
URL courte
23440
S'abonner

La vie des Palestiniens est loin d’être de tout repos: pilonnages, coupure d’électricité et rupture des livraisons font partie de leur quotidien. Interviewés par Sputnik, un député palestinien et un parlementaire arabe israélien évoque les particularités de la «guerre silencieuse» à l’œuvre dans la région.

Les Palestiniens parlent de violations des droits de l'homme et d'une «guerre silencieuse» menée par Israël contre eux, guerre qui dans l'espace médiatique mondial se déroule dans l'ombre de la crise syrienne.

Interviewé par Sputnik, le membre du Conseil législatif palestinien et membre du conseil révolutionnaire du Fatah (mouvement de libération de la Palestine) Feisal Abu Shahla estime qu'Israël invoque de fausses attaques des terroristes de Daech pour justifier ses frappes. Le député affirme vouloir surpasser la scission au sein de l'autonomie palestinienne qui avait eu lieu en 2007.

«Nous voulons que le Gouvernement d'union nationale se remette au travail dans la bande de Gaza, ravitaille ses habitants et s'occupe du soutien de ceux qui se sont retrouvés dans une situation difficile», indique le parlementaire palestinien.

Interviewé par Sputnik, le député arabe du parlement israélien Masud Ganaim est persuadé qu'Israël considère Gaza comme un point chaud et qu'il est dans son intérêt de maintenir les tensions.

Le parlementaire estime que le dernier pilonnage du secteur montre qu'Israël n'accorde aucune attention ni aux fêtes, ni à la situation économique et sociale, ne misant que sur un contrôle total.

Selon l'homme politique, la statistique révèle qu'une nouvelle guerre d'Israël contre la Palestine pourrait bientôt être déclenchée, car Tel Aviv lance tous les un ou deux ans une nouvelle opération militaire dont on peine à comprendre la raison.

Lire aussi:

Des ONG dénoncent les violations du droit international par Israël à Gaza
Raid israélien sur Gaza après un tir de roquette
Le Hamas nomme un nouveau chef dans la bande de Gaza
Trump veut «un pacte nucléaire» avec la Russie, le Kremlin lui répond
Tags:
parlement, gouvernement, Bande de Gaza, Palestine, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook