International
URL courte
Situation en Syrie (été 2017) (114)
771010
S'abonner

Depuis la libération de la ville syrienne d'Alep, des centaines de jeunes souhaitent rejoindre les rangs de l'armée gouvernementale pour combattre les terroristes.

Le nombre de jeunes gens voulant rejoindre l'armée gouvernementale syrienne pour combattre Daech augmente tous les mois depuis la libération de la ville d'Alep, estiment les employés du centre de recrutement de l'armée à Alep.

«Chaque mois, on voit de plus en plus de jeunes qui veulent servir dans l'armée, surtout depuis la libération d'Alep de djihadistes», a déclaré aux journalistes le chef du centre, Namid ali-Ibrahim, précisant que depuis le mois du janvier, des centaines de recrues avaient rejoint l'armée gouvernementale.

Il a souligné que les jeunes voulaient servir dans l'armée pour débarrasser le pays des djihadistes et accélérer le retour d'une vie paisible.

L'officier a précisé que la durée du service était indéterminée, les recrues ne devant regagner leurs domiciles qu'après la victoire finale. Avant la guerre, le service militaire ne durait que 18 mois.

Selon la législation syrienne, tout jeune homme ayant atteint l'âge de 18 ans est tenu de faire son service militaire. Les étudiants sont autorisés à ne se présenter au centre de recrutement qu'à l'issue de leurs études. Si une famille compte deux fils, ils feront leur service militaire à tour de rôle pour ne pas laisser leurs parents seuls.


Le 23 décembre, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a annoncé la libération de la ville syrienne d'Alep.

 

Dossier:
Situation en Syrie (été 2017) (114)

Lire aussi:

La province syrienne d'Alep complètement libérée de Daech
«L'enfer sur terre»: ce qu’est devenue Alep après 4ans sous le joug terroriste (Vidéo)
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Tags:
recrues, armée gouvernementale syrienne, Alep, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook