Ecoutez Radio Sputnik
    Bamako, police

    Une manif au Mali en marge d’une visite de Macron

    © AFP 2019 Issouf Sanogo
    International
    URL courte
    550
    S'abonner

    La capitale malienne Bamako est en proie à une nouvelle manifestation des opposants à la révision constitutionnelle au Mali présentée par le président Ibrahim Boubacar Keïta, qui a reporté sine die un référendum prévu le 9 juillet sur ce texte.

    Quelque 2.000 Maliens ont manifesté samedi à Bamako contre le projet de révision de la Constitution, à la veille d'un sommet du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie et Tchad), en présence du président français Emmanuel Macron.

    Cette manifestation, interdite officiellement en raison du sommet de dimanche et de l'état d'urgence, a réuni moins de participants que les précédentes, selon les correspondants de l'AFP.

    La semaine dernière, le collectif «Touche pas à ma Constitution» a réclamé le retrait du projet, malgré le report sine die du référendum, initialement prévu le 9 juillet.

    Cette révision, la première depuis 25 ans, vise notamment à mettre en œuvre certains engagements de l'accord de paix signé en mai-juin 2015 entre le gouvernement et l'ex-rébellion à dominante touareg du nord, et prévoit la création d'un Sénat et d'une Cour des comptes. Mais ses détracteurs lui reprochent de conférer trop de pouvoirs au président.

    Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda.

    Bien que les djihadistes aient été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'Onu, régulièrement visées par des attaques, malgré la signature de l'accord de paix. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud et le phénomène gagne les pays voisins.

    Pour rappel, le Président français Emmanuel Macron assistera dimanche à Bamako au sommet du G5 Sahel, pour apporter son soutien à la force conjointe de ces cinq pays contre la menace djihadiste.

    Lire aussi:

    Attentat dans un hôtel au Mali: au moins 4 morts, un Français porté disparu
    Les troupes françaises éliminent 20 djihadistes à la frontière Mali-Burkina Faso
    Puissante explosion dans un camp militaire au Mali, au moins 37 morts
    Tags:
    nouvelle Constitution, manifestation, Bamako, Mali
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik