International
URL courte
Situation en Syrie (été 2017) (114)
34592
S'abonner

Les officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, qui se trouvaient samedi dans le quartier d’Al-Kabbas dans la banlieue est de Damas, ne confirment pas que les troupes de l’Armée arabe syrienne ont eu recours aux armes chimiques, a déclaré à Sputnik une source diplomatique informée.

Plusieurs sites Internet d'opposition ont annoncé samedi que 30 djihadistes avaient été intoxiqués au chlore dans la banlieue est de Damas Ein Tarma. Le commandement de l'armée syrienne a démenti ces allégations qualifiant cette information de fausse.

«Dans la soirée du 1er juillet, dans le quartier [syrien, ndlr] d'Al-Kabbas, se trouvant à proximité de la localité d'Ein Tarma, a opéré un groupe d'officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie. Ils n'ont enregistré aucun "recours aux armes chimiques" par les troupes gouvernementales depuis ce quartier ou de tout autre quartier voisin», a déclaré une source diplomatique informée.

Les officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie ont enregistré samedi 48 tirs de mortiers contre le quartier d'Al-Kabbas de Damas, venant du côté des positions occupées par les formations armées illégales à Ein Tarma et à Jobar. Les officiers ont également recueilli des preuves irréfutables d'utilisation par les terroristes d'armes et de munitions étrangères: ils ont pris en photo des éclats de munitions de fabrication étrangère avec des numéros de série.

Dossier:
Situation en Syrie (été 2017) (114)

Lire aussi:

Le nombre journalier de nouveaux cas de Covid-19 en France avoisine les 3.000, 241 foyers au total
Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
Les États-Unis saisissent pour la première fois une cargaison iranienne, en toute illégalité
Tags:
Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Damas, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook