Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    Assange répond aux internautes qui exigent sa mort

    © REUTERS / Neil Hall
    International
    URL courte
    Julian Assange réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres, 2012-2019 (127)
    33641

    Le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange a posté sur Twitter les commentaires d’internautes et de journalistes appelant à l’abattre, le tout illustré avec une affiche du Washington Times portant les mots «Recherché mort ou vif».

    Le fondateur de WikiLeaks a publié sur Twitter un article du journal américain The Washington Times intitulé «Assassiner Assange».

    ​«Recherché mort ou vif»

    Certains internautes et journalistes ont appelé à tuer M.Assange. Ce dernier a relayé ces appels sous le hashtag #tolerantliberal (Les libéraux tolérants, ndlr).

    ​«Pour le bien de la sécurité nationale des États-Unis, le terroriste Julian Assange doit être abattu au même titre que le terroriste Ben Laden a été tué»

    ​«Simplement tuez Julian Assange. Et le problème est résolu»

    ​«Tuez Assange et ses adjoints. Nous avons le droit. Ce sont des combattants ennemis. Des ennemis des États-Unis. Tuez-les»

    «Voilà un hagiographe de Barack Obama, Michael Grunwald, alors journaliste au Time, actuellement «rédacteur en chef» de Politico», indique M.Assange.

    ​«J'ai hâte d'écrire pour soutenir une attaque de drone qui abattrait Julian Assange»

    ​«Que puis-je dire? Les libéraux ne sont pas libéraux. Ils ont couché avec les pires éléments de la puissance cruelle de l'État et aiment la censure et la mort», a conclu M.Assange.

    Dossier:
    Julian Assange réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres, 2012-2019 (127)

    Lire aussi:

    Assange prédit l’effondrement du Parti démocrate US
    Offrir l'asile à Assange serait «iconoclaste par rapport au centre de gravité US-UK»
    Retrouver la liberté: Julian Assange a-t-il des chances?
    Tags:
    journalistes, internautes, décès, Julian Assange
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik